Euro : L’Ukraine souffre, mais parvient à battre la Macédoine (2-1)

BUCAREST – Pleine de promesses, cette sélection ukrainienne n’est encore pas passée loin d’une déception ! Opposée à une Macédoine du Nord novice en Euro, les ukrainiens ne se sont pas facilités la tâche en disparaissant quasi complètement des radars en seconde mi-temps. Si le jeu proposé en première mi-temps par cette équipe, est très enthousiasmant, il doit être plus constant. Néanmoins, avec cette première victoire, les signaux sont aux verts pour une qualification ukrainienne en huitièmes.

Démonstration ukrainienne

Après avoir été dominés de bout en bout au Pays-Bas, mais ayant fait, par là-même, preuve de beaucoup de qualité pour revenir à deux partout – avant une défaite 3-2 -, l’objectif des ukrainiens n’était autre que les trois points désormais. Face à la Macédoine du Nord qui dispute son premier Euro, les envies de victoire des ukrainiens apparaissaient être en adéquation avec le onze talentueux mis en place par l’ancienne gloire du pays, Shevchenko.

Positionnée en 4-1-4-1, l’Ukraine a mis peu de temps avant de prendre les commandes de ce match. Plus à l’aise techniquement balle aux pieds, les ukrainiens ont pris le jeu à leur compte. Cependant, face à un 3-4-3 macédonien resserré, l’Ukraine a dû tenter plusieurs fois sa chance avant de se détacher au score.

Publicités

Le changement tactique opéré par Angelovski – sélectionneur macédonien – par rapport à la défaite des siens face à l’Autriche lors de la première journée (3-1), a été plutôt intéressant. Effectuer un changement de cet ordre en pleine compétition n’est jamais anodin, et traduisait, au moment de débuter ce match, une certaine envie du côté de la Macédoine.

Ce sentiment s’est très vite vérifié avec un premier quart d’heure plus équilibré où la Macédoine a réussi à se projeter quelques fois. A la 15ème minute, une tentative de frappe de Bandhi a conclu un mouvement offensif macédonien soudain. Les coéquipiers de Goran Pandev ont montré, sur les quelques ballons qu’ils ont réussi à toucher, beaucoup de spontanéité offensive.

Mais malgré cela, les difficultés à garder la balle du côté de la Macédoine, ont eu raison de cette spontanéité en contre. Après deux tentatives ukrainiennes ratées (4′ et 7ème), où la défense, et le goal adverse, se sont signalés, le verrou macédonien a fini par craquer. Après s’être trouvés de nombreuses fois entres les lignes, les ukrainiens ont en effet réussi à concrétiser leur suprématie, marquant à la 29ème sur corner. A la baguette, un Karavaev magistral, auteur d’une petite talonnade sublime au premier poteau, pour Yamolenko au second, qui a ensuite parfaitement coupé ce ballon (1-0).

Publicités

Galvanisés par ce but, les ukrainiens ont su s’appuyer sur cette réalisation pour décrocher le but du break quelques minutes après. Cinq minutes précisément ont suffi aux joueurs de Shevchenko pour aller chercher le 2-0. Cette fois-ci, toute la maîtrise technique, et le jeu collectif ukrainien, ont été mis au service de ce second but : l’action est d’abord partie d’une belle ouverture de Shaparenko pour Zinchenko, qui a, par la suite, adressé une passe à ras terre, en profondeur, pour un Yaremchuk en grande réussite face à Dimitrievski (2-0 à la 34ème).

Clinique, la finition ukrainienne n’a pas mis longtemps à rentrer en action dans ce match. Malgré une légère réaction adverse, et un but de Pandev (39′), finalement signalé hors-jeu, l’Ukraine est retournée aux vestiaires avec le sentiment du devoir accompli.

Pénaltys repoussés, Macédoine proche du score de parité

Souverain pendant 45 minutes, c’est une Ukraine alléchante, avec un jeu précis, offensif et redoutable, qui est réapparue sur le terrain. Cependant, les Lions Rouges n’ont pas voulu laisser l’Ukraine repartir tranquillement dans cette partie. Ainsi, les macédoniens, avec deux entrées dès la mi-temps, ont souhaité jouer la carte offensive au maximum pour n’avoir aucun regret pour leur premier Euro.

Il faut bien reconnaître que cette équipe, galvanisée par le meilleur sélectionneur connu par la fédération locale à l’heure actuelle, a des armes à faire valoir, et peut surtout s’appuyer sur un collectif soudé. L’engagement ne fait cependant pas tout, et c’est l’Ukraine qui s’est procurée la première occasion franche de ce second acte. A la 50ème, le coup franc de Malinovsky a en effet failli donner le 3-0 dans ce match.

Publicités

Heureusement, la Macédoine du Nord a pu compter sur son gardien, une nouvelle fois auteur d’une intervention ô combien décisive. Sereine du fait de la solidité de Dimitrievski dans ses cages, la Macédoine a joué plus libérée par la suite. A la 56ème, le premier coup de chaud sur la cage ukrainienne, est venue de la tentative de Musliu. Le latéral, joueur du championnat hongrois, s’est incliné face au dernier rempart ukrainien, mais a permis à Pandev d’aller chercher la faute dans un 1 contre 1 avec Karavaev. Le tirage de maillot du latéral du Dynamo Kiev a immédiatement été sanctionné d’un pénalty.

Ezgjan Alioski s’est chargé de le tirer : sa frappe initiale a été repoussée par Bushchan, mais le retour très prompt du joueur de Leeds, a permis la réduction du score (2-1). A partir de ce moment précis, la Macédoine a joué au même niveau que l’Ukraine. Davantage sur la défensive, cette dernière aurait pu se faire surprendre sur bon nombre d’offensives des Dragons Rouges. Jusqu’au bout, ces derniers ont tenté d’arracher un nul qui aurait été mérité au vu de leur investissement sur le match. On peut noter cette frappe, a valeur d’exemple, à la 90+4ème, de Trakovski. Trop croisée, elle aurait pu frustrer l’Ukraine en toute fin de partie.

Publicités

Si sanction il y avait eu, elle n’aurait pas été illogique au vu de la piètre performance collective des ukrainiens lors du second acte. L’Ukraine a donc souffert, mais aurait également pu revenir à la 82ème lorsqu’un pénalty lui a été accordée suite à une faute de main, sur coup franc, des macédoniens.

Néanmoins, peu inspiré sur le coup, Ruslan Malinovsky a raté son duel face au goal adverse. Anecdotique, ce raté aurait pu cependant faire bien plus mal à cette sélection. Cette erreur révèle surtout un manque de constance au sein de cette équipe, qui leur avait déjà coûté le nul face aux Pays-Bas. Cette après-midi, face à une sélection de seconde zone, l’Ukraine n’a pas été punie, mais va devoir encore progresser pour pouvoir tenter de viser plus haut dans ce tournoi.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :