Euro : L’Autriche déçoit, les Pays-Bas se qualifient (2-0)

AMSTERDAM – Après des débuts prometteurs, l’Autriche était attendue face aux Pays-Bas pour confirmer sa bonne forme du moment. Au vu du score, et plus spécifiquement de la physionomie du match, il s’avère que l’Autriche est encore à des années lumières des néerlandais. Pourtant, la qualité est présente dans cet effectif. Ce dernier, si l’on devait lui trouver des circonstances atténuantes, a sans doute été peu aidé par la polémique entourant le buteur Arnautovic – pour finir suspendu ce soir -, mais également par un énième changement tactique de la part de Foda, qui peine à convaincre, tant chez les supporters, que chez les joueurs. L’utilisation de David Alaba en défense, ou bien encore l’association Sabitzer – qui semble avoir un rôle peu, ou pas défini au sein de l’équipe – Gregoritsch en attaque, seront sans doute, sinon des sujets de discordes, à tout le moins des sujets de discussions avant l’Ukraine, adversaire de l’OEFB lors du prochain match.

Le match

Dominateurs mais maladroits, les autrichiens, après une mise en route plutôt poussive, avaient fini, au cours de leur premier match, à battre de valeureux macédoniens du nord, encore trop tendres. Cette belle victoire 3-1 n’est que la première victoire autrichienne dans un Euro. Il faut dire que cette sélection a, par le passé, eu plus de mal, et a aussi parfois déçu – lors de l’Euro 2016 notamment. Cette victoire initiale lors de la première journée, est donc déjà en elle-même un petit succès à l’échelle de la sélection autrichienne. Cependant, comme le dit l’adage, « l’appétit vient en mangeant »; pour l’Autriche, il s’agissait donc de s’appuyer sur ce succès, afin d’enchainer ce soir face aux Pays-Bas.

Ce match s’annonçait néanmoins bien plus difficile à négocier pour les germanophones. Mais, décidés à faire un coup ce soir, ces derniers ne se sont pas découverts dans les premières minutes, et ont pratiqué un jeu offensif qui nous a offert dix premières minutes très satisfaisantes.

Publicités

Les Pays-Bas, comme l’Autriche, n’ont pas tenu à faire de tour d’observation, et ont immédiatement attaqué. Pour l’un comme l’autre, la projection vers l’avant étaient les maîtres mots de cette entame. Si ces deux équipes se sont projetées avec succès donc, les Pays-Bas ont en revanche affiché une certaine maîtrise technique, non visible côté autrichien.

Côté autrichien toujours, c’est un bloc quelque peu fracturé qui est apparu sur le terrain, notamment à l’arrière. Ce petit détail a eu toute son importance à la 11ème minute. A ce moment précis, Dumfries a débordé sur son côté droit. Le latéral du PSV a surpris une défense autrichienne maladroite, et mal alignée… qui a quelque peu poussé Alaba à la faute – qui a ensuite donné un pénalty. La bonne entrée en matière des autrichiens a donc, malheureusement, été balayé d’un revers de main par Memphis Depay à la 11ème, profitant d’un pénalty pour ouvrir le score (1-0).

Par la suite, l’Autriche a tenté de revenir au score. En s’appuyant sur son milieu de terrain, les autrichiens ont tenté de construire proprement à l’arrière, au lieu de céder à la tentation des longs ballons directs et imprécis vers l’avant. Cependant, plus de construction ne rime pas toujours avec plus de maîtrise; bien que plus fluides, les passes autrichiennes ont manqué de tranchant, de précision. Les hommes de Foda ont éprouvé les plus grandes difficultés à trouver leurs attaquants. Un plan de jeu clair et défini, n’a donc pas su se dégager de la première période autrichienne.

Publicités

Dans le même temps, les Pays-Bas ont, il est vrai, parfaitement su faire bloc lors des phases de possession adverse. A l’arrière, la prestation des néerlandais en première mi-temps a été de haute volée, à l’image d’un De Ligt rayonnant. De plus, tous les joueurs, même ceux offensifs, ont participé aux tâches offensives. Les interventions de De Jong ont notamment été salvatrices.

Peu dangereuse, l’Autriche a eu dû mal à intimider ses adversaires, quant à eux plus en retrait après l’ouverture du score. La seule action notable des néerlandais, venue suite au but, est intervenue à la 40ème lorsque Weghorst a su reprendre la transversale sublime de van Aanholt, pour servir Depay dans un second temps. Maladroit, le joueur sans contrat, passé par l’OL, a raté une énorme occasion de doubler la mise juste avant la pause.

Autriche muette, les Pays-Bas sur une autre planète

Extrêmement décevant d’un point de vue offensif, l’Autriche se devait de montrer un autre visage au retour des vestiaires. Au centre des déceptions, le secteur offensif donc, et surtout Gregoritsch, très bon en sortie de banc face à la Macédoine, mais amorphe et invisible face aux néerlandais d’Amsterdam ce soir. Franco Foda l’a remarqué, et ce dernier a été remplacé peu après l’heure de jeu. Sasa Kalajdzic a pris sa place. Peu en vue lui-aussi, c’est l’arrivée de Valentino Lazaro sur le rectangle vert, qui a sonné la révolte du côté autrichien.

Publicités

Mais à ce moment là, il était déjà trop tard ! Rentré en jeu à la 70ème, l’ancien intériste avait en effet déjà eu le temps de voir depuis son banc son équipe encaisser un second but signé Dumfries, intervenu suite à une superbe contre-attaque de l’entrant Donyell Malen (67′). Tous deux évoluant au PSV, c’est un but 100% Eindhoven qui a été réalisé ici par ces deux jeunes pousses prometteuses, et virevoltantes.

Face à un Hinteregger surmené, et un Dragovic plus offensif que défensif, la vitesse des néerlandais a mis au supplice l’Autriche. A partir de la 70ème, un peu plus d’allant offensif s’est cependant fait ressentir côté autrichien. En ce sens, à la 72ème, un double corner de Lazaro a fait passer quelques frissons dans la défense locale.

Publicités

Cependant, les offensives des autrichiens ont toujours manqué de précision. Sur l’ensemble de la rencontre, « Das Team » n’a jamais réussi à véritablement se montrer dangereuse. La frappe la plus notable pour le camp autrichien est, pour preuve, intervenue à la 81ème – une tentative de loin, non cadrée, de Alaba. Le jeu proposé par les hommes de Franco Foda était tout simplement trop pauvre, et le système mis en place par le technicien autrichien, n’a pas suffisament mis dans de bonnes conditions la pièce maîtresse de cette sélection, David Alaba.

Côté néerlandais, cette victoire est maîtrisée et méritée. Sans forcer, les Pays-Bas enchaînent ce soir après leur succès face à l’Ukraine (3-2), et s’assurent une place en huitièmes de finale.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :