Europa League : Villarreal décroche son premier sacre face à ManU aux TAB (1-1) !

EUROPE – Unai Emery est décidément le grand coach emblématique de cette compétition. Après l’avoir remporté avec Séville notamment, ce dernier restait sur une défaite en finale avec Arsenal. Aujourd’hui à la tête d’une (plus) petite équipe qui n’avait encore jamais connu de trophées européens, Emery a réussi l’exploit de la porter au sommet de l’Europe. Une preuve de plus, s’il en fallait encore une, du talent fou de ce coach, qui est arrivé à créer un groupe uni, complémentaire, et finalement brillant du fait d’un esprit collectif travaillé. Cette saison marquera l’histoire du club, et permet également à l’Espagne de conserver, après la victoire du FC Séville l’an dernier, l’Europa League. Symboliquement enfin, le fait d’avoir deux nations représentées au palmarès des deux coupes d’Europe, et non une comme cela aurait été le cas si Manchester avait gagné, peut également être une raison de se satisfaire de ce sacre de Villarreal ! « Sous marins jaunes », Villarreal ne navigue désormais plus dans les mers profondes, mais bien à l’air libre, et passera d’un statut d’outsider, à celui d’équipe à battre l’an prochain.

Le match

Il y a 4 ans, Manchester United remportait son dernier titre, en finale de l’Europa League face à l’Ajax Amsterdam. Pour un club historique, doté de l’un des plus grands budgets, cette période de disette, vierge de titres, n’est pas tolérable. En difficulté en Europe en Ligue des Champions, le récent vice-champion de Premier League recevait ce soir un inexpérimenté adversaire à ce niveau. Coaché par Unai Emery, entraîneur emblématique de cette compétition, l’équipe espagnole de Villarreal savait néanmoins qu’elle avait des chances.

En présence du public, en Pologne, les joueurs ont eu la primeur de retrouver en Europe une ambiance digne de ce nom. Avec près de 10 000 spectateurs, les aficionados des deux camps se sont fait entendre. En tribune, les supporters de Villarreal ont remporté haut la main cette première partie; dans le jeu, après une entame poussive, cela a également été le cas pour les joueurs espagnols sur le terrain.

Acculée durant le premier quart d’heure, l’équipe de Villarreal est apparue tendue en ce début de match. A l’instar de son coach, cette formation a sans doute eu quelques doutes lorsque, dès la 7ème minute, Scott McTominay a tenté sa chance de loin. La domination dans le jeu de Manchester United, n’a pas permis aux espagnols de développer véritablement leur jeu. A défaut de se montrer en attaque, ces derniers se sont montrés à l’arrière.

Face à un ManU désireux de presser haut, les défenseurs, mais également tous les joueurs grâce à un repli défensif de qualité, se sont positionnés très bas sur le terrain. Cela a donné du champ à Manchester, qui s’est en ce sens octroyé la possession, mais cela a également rendu la tâche plus difficile aux partenaires de Pogba. En effet, la défense a été quasi impénétrable : Rashford, et quelque peu Cavani, ont été les deux seuls éléments à se montrer véritablement remuant dans la surface.

Ces rares incursions n’ont pas suffi, et Manchester a eu recours au jeu direct, qui s’est traduit par des longs ballons piqués dans le dos de la ligne défensive. Un cuisante échec : Manchester n’a jamais réussi à faire la différence, et a eu du mal à trouver un partenaire le plus souvent.

Dominateur, mais stérile, Manchester s’est fait surprendre comme un débutant, encaissant un premier but sur le premier tir cadré de Villarreal. Suite à un coup franc, au second poteau, le goléador Gerard Moreno était en effet présent pour reprendre ce ballon, et le pousser au fond (1-0 à la 29ème).

Une contre-attaque éclaire, et rondement bien menée, puis l’obtention d’un coup franc lointain, auront donc été les éléments de ce but proprement inattendu tant Villarreal n’avait rien proposé lors des minutes précédentes.

Manchester répond

Heureux, Villarreal a donc pu rentrer aux vestiaires d’une manière plus apaisée. Mener à la pause face au grand Manchester United, était perçu comme un premier grand exploit : pouvait-il, à lui seul, galvanisé tout un groupe pour tenir en seconde mi-temps ce résultat ? Au vu des premières minutes, oui, mais par la suite, la réponse mancunienne est finalement intervenue, et l’avance de Villarreal a fini par fondre.

Néanmoins, cette réaction anglaise s’est fait attendre, et au coup d’envoi du second acte, ManU est reparti sur les mêmes mauvaises bases du premier acte. La réaction n’a donc pas été immédiate. Ainsi, il a fallu attendre la 55ème minute, et une situation de coup franc quasi similaire par rapport à celle qui a amené le but des « sous marins jaunes », pour assister au but, en véritable renard des surfaces, d’Edinson Cavani (1-1). Après vérification par la VAR, la réalisation de l’urugayen a été accordé. Un élément de satisfaction pour l’ancien parisien, peu en réussite au cours de ce match auparavant.

Galvanisé par cette réalisation, ManU s’est davantage projeté, et le portugais Bruno Fernandes s’est enfin montré quelque peu dangereux dans ses prises de balle. Pour l’avant-centre uruguayen, de plus grands espaces se sont ouverts, et ce dernier, d’un coup de casque à bout portant, a même failli sceller ce match (71′). Une intervention défensive de la tête chanceuse, venant de Torres, a cependant mis Cavani en situation d’échec.

Dans les dix dernières minutes, les changements successifs de Unai Emery ont redonné vie à un Villarreal transparent pendant près de 20 minutes. Cependant, ce regain d’énergie est intervenu trop tard, et les espagnols n’ont pu éviter les prolongations.

Suspense jusqu’au bout !

Du côté de Manchester, aucun changement n’est intervenu avant ces prolongations. En cause ? Un groupe plus que diminué, où plusieurs jeunes, ou joueurs en phase de reprise après blessures, ont été intégrés. Pour rentrer dans un match avec cette intensité, des joueurs expérimentés étaient impératifs. Les choix de Solskjaer étaient donc limités.

Le norvégien n’a effectué que son premier coup tactique à la 100ème, faisant remplacer le jeune Mason Greenwood par le brésilien Fred, transfuge du Shakhtar il y a trois saisons. Son entrée n’a guère modifié le visage général des mancuniens. Ces derniers ont dominé la première partie des prolongations, mais n’ont jamais réussi à accrocher le cadre. Même son de cloche en seconde partie des prolongations. Manchester ne s’est pas réellement procuré d’occasions franches, tout comme les petits protégés de Unai Emery.

Totalement folle, cette séance de tirs au but a été (presque) parfaite. Alors que tous les joueurs avaient réussi à marquer, que le gardien de Villarreal venait, d’une frappe surpuissante, de mettre le sien, De Gea n’a finalement pas assuré. Le goal mancunien, désormais remplaçant en Premier League, n’a pas mis suffisament de puissance dans sa frappe. Il empêche ce soir à son coach, de soulever un premier trophée avec Manchester United.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :