Ligue des champions : Chelsea prend une option sur la qualification face au Real (1-1)

Europe – « Le Real sur le toit de l’Europe ! » : après un parcours en huitièmes et en quarts réussi, le Vieux continent s’est rappelé aux bons souvenir du multiple champions de cette compétition. Il y a encore un an, le Real était placardé, et les fiascos d’Eden Hazard, en passant par le recrutement incompréhensible de Mariano Diaz, faisaient se gausser tout le monde. Cette nouvelle qualification dans le dernier carré a donc véritablement réhabilité ce club, l’a remis au centre du jeu. Pris dans ce tourbillon médiatique d’une grande ampleur – sans parler du projet de la ligue fermée, qui est à prendre à part -, le Real s’est peut-être vu trop beau. Ce dernier n’a finalement battu, en quarts, « que » le sixième de la Premier League. La défense centrale inédite – du fait de la blessure de Sergio Ramos – avait alors tenu, tout comme le milieu de terrain, certes très technique, mais tout de même plus proche de la retraite que du début de carrière. Tout cela mis bout à bout, lorsque l’on regarde ce match nul face à Chelsea (1-1), on se rend compte que le Real n’a finalement pas si mal tenu. La physionomie du match a joué en faveur des locaux, qui ont, de plus, uniquement compté sur la chance, pour s’offrir une occasion de but. Cela montre que la réussite de cette équipe est loin d’être portée disparue. Entre un ralentissement dû, principalement, à l’âge des joueurs de l’effectif madrilène, et une expérience qui donne toujours suffisament de réussite pour que le Real sauve sa mise in fine, Madrid semble être une véritable bombe à retardement. Toute la question est de savoir si cette dernière implosera, ou explosera.

Le match

Suspendue l’an dernier du fait de la crise sanitaire, la Ligue des Champions comme nous la connaissons et chérissons, n’avait pu reprendre. Un final Eight à Lisbonne était venu remplacer les matchs en format « aller-retour », plein de suspense, des quarts et des demies. Retrouver cette compétition sous sa forme habituelle a donc été un soulagement pour tous. Tous… vraiment ? Le projet de Super League voulu par douze clubs européens, dont Chelsea et le Real Madrid, ne semblait pas laisser entendre cela.

Mort avant d’éclore, ce projet de ligue fermée sera, néanmoins, et cela semble être la suite logique des choses, remis un jour sur la table. En effet, l’argent a pris le pas sur le football : il n’y a qu’à voir les dépenses au mercato d’été de Chelsea pour en être convaincu. Timo Werner a ainsi coûté près de 60 millions d’euros, Ziyech 40 millions, et plus de 20 millions pour Edouard Mendy, goal le plus cher de la Ligue 1 désormais.

Cependant, si ces sommes d’argent finissent par « payer » sur le terrain, Chelsea pourra être satisfait de ses investissements. Au vu de la première mi-temps de cette équipe de Premier League, il semble que tout ne soit pas encore parfaitement coordonné, notamment en attaque. Dans ce secteur clé, Thomas Tuchel fait confiance, en règle générale, à l’inévitable Timo Werner, transfuge du RB Leipzig cet été. Mais au plus haut-niveau, ce dernier peine encore à se montrer décisif. En 9 matchs de Ligue des Champions, l’international de la Mannschaft n’est ainsi auteur que de trois buts. Ce dernier, une nouvelle fois titularisé sur le front de l’attaque, avait ici une belle opportunité de faire montre de ses talents.

Publicités

Dans les dix premières minutes, Chelsea a imposé un rythme soutenu au Real Madrid. En 3-4-3, les visiteurs se sont vite projetés, et le premier rush de Werner n’a pas tardé (5′). Présent et disponible vis à vis de ses coéquipiers, l’attaquant allemand a cependant été maladroit dans ses tentatives. A la 10ème minute, suite à une contre-attaque éclaire de Mount, et bon service de la tête de Pulisic, Werner a ainsi raté une énorme opportunité, à bout portant.

Sur cette action, Werner a véritablement manqué de spontanéité, et sa frappe molle a été dégagée par Courtois. Heureusement, cela n’a pas découragé un bloc de Chelsea très mobile, capable de se créer des espaces, à l’inverse du Real. Cependant, le salut des Blues n’est pas venu par un jeu de passes bien senti, mais par un jeu… des plus directs. Ainsi, à la 14ème, c’est sur un long centre de Rudiger, défenseur allemand du club de Londres, que Pulisic a obtenu un bon ballon dans le dos de la défense. Ce dernier a en effet lobbé toute la défense : l’américain l’a ensuite parfaitement utilisé, s’est joué de Courtois, et a fini par ouvrir la marque (14′).

Publicités

La faculté à alterner entre jeu court et jeu long, a ici permis à Chelsea de passer devant. A l’inverse du Real, cette formation a su capitaliser sur sa maîtrise du ballon. Si le Real ne s’est pas montré maladroit pour autant dans son jeu possession, c’est dans l’animation ainsi que dans la complicité entre ses différents éléments, que le Real a pêché. Ainsi, cette équipe n’a pas su avancer collectivement, et a véritablement été sauvée par son avant-centre, Karim Benzema. L’ancien lyonnais a en effet été le madrilène le plus adroit, et le plus actif. Il a porté haut et fort les couleurs de la Maison Blanche. Auteur de la première frappe de Madrid (23′), il est finalement arrivé, miraculeusement, à revenir au score sur corner (29′). Sur ce but, ce dernier a fait parler son talent : un contrôle de la tête, puis un enchaînement spontané. Imparable pour l’ancien goal de Rennes, Edouard Mendy (1-1).

Timo Werner en manque de confiance

Plutôt fermée, la première mi-temps a néanmoins été riche en accélérations de toutes sortes, émanant du collectif des Blues. En seconde mi-temps, cet engagement s’est estompé, et deux équipes en manque d’idées et d’espaces sont réapparues des vestiaires. Timo Werner, en manque total de confiance durant le premier acte, ne s’est pas rassuré, ratant à la 49ème minute, une nouvelle opportunité de marquer. Remplacé à la 66ème par son compatriote Kai Havertz, il aura été l’auteur d’un gâchis monumental.

Publicités

La seconde mi-temps a mis en lumière la grande marge de progression que peuvent encore avoir ses deux équipes. Pour une formation londonienne jeune, et en grande partie remaniée lors du dernier mercato, cela se comprend, mais pour le Real, ce manque d’automatismes dans le jeu notamment, est surprenant. Auteur d’un match aller sérieux face aux Reds de Liverpool, la machine madrilène semblait enclenchée. Erreur : durant cette seconde mi-temps, où le Real a mis plus de 75 minutes avant de réaliser une frappe cadrée, le constat est tout autre.

Real Madrid : des maux profonds

Publicités

La dimension qu’avait pris Vinicius Junior après son doublé en quarts, est notamment à nuancer, tandis que la « Benzema dépendance », semble être un frein pour le Real. En effet, l’équipe de Zidane ne pourra, si elle veut véritablement atteindre les sommets en Ligue des champions, mais également en Liga, ne compter que sur l’attaquant français. Ce dernier a ce soir été au four et au moulin, a tenté d’être présent à l’attaque, comme à la relance : une prestation qu’il faut louer. Mais cette dernière nous rappelle surtout les manques de cet effectif, notamment un deuxième attaquant influent, ou un milieu de terrain parfois plus virevoltant et rapide dans son jeu, que Modric ou Casemiro, souvent trop lents.

Ces problèmes de fonds, d’effectifs, d’un côté comme de l’autre, ne pourront cependant pas se régler en une semaine. Chelsea a donc pris ce soir une bonne option pour la qualification, sachant d’autant plus, qu’à l’extérieur, le Real est souvent peu étincelant – 0-0 à Liverpool, puis une victoire à l’arrachée, 0-1, à Bergame en huitièmes. Les madrilènes, au regard de leur prestation ce soir, n’arriveront sans doute pas sereins à Stamford Bridge dans sept jours. Dans ces conditions, on pourra réellement juger du mental de Madrid. Si cette équipe est revenue à son meilleur niveau comme certains observateurs le clament, elle devrait s’imposer sans encombre…

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :