Copa Libertadores (J1) : The Strongest domine, Boca Juniors marque (0-1)

Bolivie (La Paz) – Drôle de match ce soir à La Paz. Alors que The Strongest avait toutes les cartes en main pour marquer de nombreux buts, et donc faire chavirer Boca Juniors dès son premier match en Copa Libertadores, cette équipe est restée étrangement muette. Collectivement bon, voir excellent en première mi-temps, le jeu développé par les boliviens, a souffert d’un manque de réalisme offensif.

Boca marque, The Strongest attaque

En Amérique du Sud, la Copa Libertadores fait son grand retour. Hier soir, la rédaction du Monde du Sport s’est intéressée au match du dernier finaliste, Santos. Une partie peu emballante, et sans grandes émotions, qui sont pourtant d’habitudes légions dans cette compétition mythique. Dans ce Groupe C, Santos n’a donc pas débuté de la meilleure des manières son parcours. Les joueurs brésiliens devaient ce soir avoir les yeux rivés sur ce Strongest (The) – Boca Juniors, qui sont leurs autres adversaires.

Publicités

Des adversaires coriaces : si l’on ne présente plus Boca Juniors, l’un des plus grands clubs du monde, connu à travers le globe pour son enceinte qui, dès que l’on prononce son nom fait rêver, la Bombonera, The Strongest, moins connu certes, apparait également menaçant. Tout comme Boca, ce club bolivien réalise une saison de bonne facture dans son championnat domestique. Deuxième de la Division Profesional après quatre matchs, c’est une équipe sur une bonne dynamique, et encore toute fraîche, qui recevait ce soir cet adversaire argentin craint, et désigné comme le favori pour finir en tête de ce groupe.

Néanmoins, pronostics ne veulent pas dire réalités sur le terrain : The Strongest l’a semble-t-il bien compris, au vu de cette première mi-temps. En effet, au cours de cette dernière, c’est une équipe de La Paz offensive et déterminée à aller de l’avant, qui est apparue sur le rectangle vert. Pleine de bonnes intentions, totalement décomplexée, le jeu de cette équipe aurait été parfait, s’il y avait eu une finition de qualité. Ainsi, avec dix tirs, les locaux ont tenté cinq fois plus que les visiteurs au but, mais pour un bilan peu honorable : zéro cadré !

Publicités

A l’inverse, en pleine confiance, le club de Boca a quant à lui ouvert la marque dès sa première incursion dans la surface adverse. A la 7ème, c’est en effet un Sebastian Villa Cano, avant-centre colombien, extrêmement inspiré dans son jeu de dribbles, qui s’est joué de toute la défense, et notamment du pauvre Jose Sagredo, latéral gauche, pour ouvrir le score pour les siens (0-1). Une action éclaire, rappelant combien le sud-américain est adroit face au but. Ainsi, si ce dernier souffre pourtant d’un manque d’efficacité offensive la plupart du temps, cette action démontre pourtant bien son sens du but hautement développé, ainsi que sa rapidité à enchaîner dans les petits espaces. Un but superbe donc, qui a sauvé Boca dans ce premier acte.

En effet, hormis cet exploit personnel, Boca n’a pas été véritablement présent dans le jeu. Cette équipe a beaucoup subi, et a laissé les boliviens développer leurs actions. Ces derniers ont appliqué leur schéma tactique : des débordements sur les côtés avec des latéraux très hauts, ainsi qu’un milieu quasiment aux portes de la surface de réparation. Articulé dans un 4-3-3, ce plan de jeu a redoutablement bien mis en difficulté l’adversaire argentin de The Strongest, qui fut ainsi souvent incapable de ressortir le ballon face à une ligne de milieux très haute.

Publicités

La majeure partie des opportunités a donc été pour cette équipe locale de Bolivie. Entres autres, il est important de souligner la grande présence de Raul Castro, auteur, notamment, d’une frappe spontanée à la 22ème, qui a rasé le poteau gauche de Agustin Rossi, goal de Boca. La grande technicité de Ramiro Vaca, ailier gauche, est également à mettre en exergue. Néanmoins, en additionnant toutes ces qualités, et cette envie débordante, il n’en ressort finalement rien de concret au bout de ce premier acte : un véritable gâchis, sans doute très rageant pour les joueurs locaux !

Sans solution

Au retour des vestiaires, la mainmise sur le match de la part de The Strongest a été encore plus forte. Cette équipe a parfois eu le ballon à plus de 80%. Néanmoins, dominer n’est pas gagner, et n’est ni même synonyme de « se créer des occasions ». Ainsi, en seconde mi-temps, les boliviens ont certes dominé, mais n’ont pas réussi à suffisament faire aboutir leurs mouvements du côté des cages adverses.

Publicités

Totalement dépossédé du ballon par certains moments, Boca a cependant continué à se montrer actif par l’intermédiaire de contres ravageurs. Ainsi, le buteur, Villa Cano, a notamment eu deux grosses opportunités de tuer le match (47′ et 49ème minute). Ici, ce dernier a néanmoins manqué de réussite, après avoir pourtant brillé de mille feux en entame de match.

Par la suite, le ballon a donc tourné dans les pieds des boliviens. Malgré des changements dès l’heure de jeu, la triplette offensive de l’attaque a été amorphe. De facto, peu de mouvements marquants ressortent de ce second acte. Pourtant peu habituée à ce manque de réalisme face au but en championnat, cette équipe locale a ce soir perdu majoritairement du fait de cette lacune.

Un vainqueur, mais des signaux d’alerte de chaque côté

Un sursaut pour la formation coachée par Illanes, sera obligatoire. Tout d’abord en championnat, face à Palmaflor, ici même à La Paz. Enfin, en Copa Libertadores, lors de ce second match face au Barcelone SC, où l’on pourra statuer quasi définitivement sur le niveau de cette équipe, et son potentielle, cette année, dans cette compétition continentale. Ce qui est certain, c’est que les clés de la victoire s’obtiendront par l’intermédiaire d’une prestation offensive plus aboutie.

Pour Boca Juniors, ce premier match alerte sur les problèmes de conservation du ballon dont a pu faire montre cette équipe. Si, en effet, l’essentiel, et les trois points, sont aujourd’hui acquis, ils ne doivent pas occulter le manque de maîtrise globale de cette équipe. Le prochain rendez-vous de Boca interviendra face à Santos, dans cinq jours : un choc, face à une équipe brésilienne déjà mal en point dans ce groupe. D’ici là, Russo, coach argentin de Boca, devra retravailler sur l’animation et l’articulation globale de son équipe, qui a trop peu montré de choses collectives ce soir.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :