PL Egypte (J4) : Al Ahly couronné roi du Caire après sa victoire sur Zamalek (1-2) !

Egypte – Dans quel autre Derby pouvons-nous voir ces scènes : des pleurs d’un entraîneur français qui voit son équipe, Zamalek, flanchée d’un côté; onze joueurs qui se prosternent en fin de match pour remercier « Dieu » de les avoir emmener sur la voie du succès ? Ailleurs qu’au Caire ne semble pas être la bonne réponse. Dans un stade à la grandeur de ces deux équipes – 74 000 places environ -, Al Ahly a gagné le plus important des matchs de la saison en Egypte. Une fois encore, Zamalek sort de cet affrontement face à son voisin honni en détresse. Al Ahly, en revanche, confirme sa suprématie.

Al Ahly persiste et signe

Une affiche des grands soirs, une affiche égyptienne, mais également africaine, et bien plus. Ce Zamalek – Al Ahly est le sommet du football africain, et cette affiche, l’engouement qu’elle suscite, a dépassé les seules frontières égyptiennes. Pourquoi ? Du fait, tout d’abord, de l’hégémonie de Al Ahly, qui a tout gagné en Egypte et en Afrique, jusqu’à se voir décerner le titre de « Club of the Century » par la CAF. Du fait, enfin, de la confrontation historique de ces deux clubs de la capitale égyptienne, lors de la dernière finale de la Ligue des Champions de la CAF. Un duel où Al Ahly s’était imposé (2-1), s’adjugeant au passage un nouveau titre continental, qui l’a porté jusqu’en demi-finale de la Coupe du Monde des clubs – défaite 2-0 face au Bayern Munich.

Ce derby du Caire, au delà d’être l’un des plus bouillants et tendus d’Afrique, était avant tout aujourd’hui le grand retour de cet affrontement entre ces deux clubs après la finale perdue par Zamalek. En effet, depuis ce jour, ces deux colosses égyptiens ne s’étaient plus croisés. Ce derby s’annonçait donc dans un contexte particulier où Zamalek apparaissait avant tout comme le revanchard quatre mois après, que comme le voisin honni de Al Ahly. Alors que les pronostics donnaient Al Ahly gagnant, Zamalek était tout de même en position de force face à son voisin. Leader de la Premier League égyptienne, Zamalek comptait, avant ce match, sept points d’avance sur son rival. En tête du championnat, la formation coachée par Carteron, technicien français, arrivait donc dans la peau d’un favori, reléguant Al Ahly à un rôle de poursuivant pour la place de leader en championnat. Passionnant, tant d’un point de vue comptable, que d’un point de vue symbolique, ce derby avait tout pour, sur le papier, être un nouveau grand match d’anthologie.

Et cela s’est vérifié en première mi-temps ! Dès les premières minutes, certes pauvres d’un point de vue strictement technique, on a senti deux équipes prêtent à défendre leur maillot, leur blason, jusqu’au bout. D’un côté comme de l’autre, l’équipe type avait été alignée. Très vite, le jeu de Al Ahly s’est imposé comme le plus agressif. En utilisant bien toute la largeur du terrain, l’équipe championne d’Afrique, s’est signalée une première fois, par El Shahat (9′).

Le remuant numéro 14 a été l’élément clé des premières minutes d’Al Ahly; ce dernier a fait passer plusieurs frissons dans la défense adverse. Peu sereine, cette dernière a eu du mal à dégager et contre ces assauts adverses – 21ème notamment, suite à un centre d’Ashraf. Dans le même temps, un pressing étouffant de Aliou Dieng, a empêché Zamalek de ressortir, et de se projeter vers l’avant. Acculés dans leur partie de terrain, les joueurs en blanc ont manqué de justesse, jusqu’à concéder un coup franc à la 21ème. A ras terre, ce dernier a mal été tiré par Al Ahly, mais également mal repoussé par le mur de Zamalek. Ashraf n’a pas hésité à profiter de ce mauvais dégagement pour servir dans la profondeur Mohamed Sherif. Auteur d’un excellent appel, l’avant-centre égyptien s’est ouvert les chemins du but. Son talent a fait le reste, et son équipe a pu célébrer cette magnifique ouverture du score (0-1).

Par la suite, Al Ahly a quelque peu baissé en vigilance. Le pressing menaçant et ô combien salutaire de Dieng, a disparu. Cela a laissé du champ à Zamalek, et notamment le capitaine de cette équipe : Shikabala. Le milieu égyptien d’expérience a sans doute l’une des plus belles et plus pures frappes de toute l’Egypte. Ce dernier a eu l’occasion de le démontrer de nombreuses fois, et notamment en finale face à Al Ahly, où il a marqué le but de l’espoir pour les siens (le 1-1). Comme en finale donc, ce dernier a réédité cette performance : venir égaliser face au grand Al Ahly. Ce dernier n’a pas hésité, dès qu’une ouverture s’est offert à lui, à tenter sa chance. A la 31ème, c’est ce qu’il s’est produit : bien servi par Bencharki – tout un symbole, puisque ce dernier le sert aussi lors de la finale pour le 1-1 -, Shikabala a repiqué dans l’axe. Au bord de la surface de réparation, ce dernier a armé une frappe enroulée surpuissante, imparable, et qui a fini en pleine lucarne opposée ! Imaginons simplement, l’espace d’une seconde, si les 74 000 supporters habituels du Stade International du Caire avaient été présents…

La ressemblance avec la finale de la Ligue des Champions était troublante sur ce but. Du fait de son auteur, mais aussi du fait du contexte et de la physionomie du match. D’ailleurs, par la suite, c’est Al Ahly qui s’est rappelé au bon souvenir de ce dernier derby. En effet, dans la foulée de ce but somptueux, « The club of the century » a répliqué. Dès la 34ème, bien servi par Dieng, on a retrouvé un Sherif en transe, célébrant avec ses coéquipiers en liesse, un second but, celui du 1-2, tout aussi beau que le précédent. C’est d’une frappe tout aussi puissante et pure, que l’égyptien d’Al Ahly a en effet répondu à son compatriote buteur de Zamalek.

Pénalty manqué

A la pause, plusieurs changements ont été effectués par le coach tricolore de Zamalek, dont un surprenant : la sortie de Shikabala, le capitaine, et buteur de Zamalek lors du premier acte.

Néanmoins, Zamalek n’a pas trop souffert de la perte de son maître à jouer. C’est une équipe tout aussi engagée qui est réapparue sur le terrain, et à qui la chance a souri. En effet, à la 58ème minute, une faute du défenseur Rami Rabia dans sa surface sur l’attaquant de Zamalek Jaziri, a contraint l’arbitre à accorder un pénalty à cette équipe. Zamalek avait là une opportunité rêvée de recoller au score. Cependant, après le génie offensif de la première mi-temps, c’est le génie défensif qui a pris le dessus, et qui a crevé l’écran lorsque Ali Lofti, dernier rempart de Al Ahly, s’est déployé pour repousser la tentative de Mahmoud Alaa.

Un arrêt qui vaut bien le doublé de Sherif, et qui a redonné confiance à Al Ahly, quelque peu bousculé dans cette seconde mi-temps. Sur le banc de Zamalek, dans le même temps, Patrice Carteron a, à peine, caché sa tristesse, son abattement. Ses yeux, scintillants, prêts à lâcher quelques larmes de tristesse, étaient à l’image de son équipe : génératrice d’émotions, mais dans le mauvaise sens.

Zamalek inconsolable


Ainsi, alors qu’au coup de sifflet final, la joie était totale du côté de Al Ahly, et sans doute chez les cairotes supporters de cette équipe, la déception, et les tête basses de Zamalek, faisaient peine à voir. Et la déception peut être présente du côté de cette équipe ! Alors que cette dernière n’a pas encore pansé totalement la plaie de cette finale perdue, cette nouvelle défaite dans ce derby crucial pour ces deux équipes, vient un peu plus attrister le camp de cette formation. Les supporters, après avoir dû encaisser l’élimination des leurs dès les phases de poules en Ligue des Champions, vont devoir une nouvelle fois prendre sur eux, et tenter de digérer l’indigérable.

Les déceptions s’enchaînent pour les supporters cairotes de Zamalek, qui souffrent d’autant plus qu’ils ne peuvent être en contact avec les joueurs du fait du Covid 19. Eloignés des stades, relégués dans la rue, ces derniers souffrent. Nul doute que les critiques seront vives ce soir chez certains groupes de supporters.

En revanche, du côté de Al Ahly, la joie règne, et continuera de régner pendant encore bien longtemps. Al Ahly, qui n’avait plus enchaîné deux victoires dans ce derby du Caire depuis 2019, sera sans doute louangé par ses nombreux fans à travers toute l’Afrique, et au-delà. Après avoir su se qualifier pour la phase finale de la Ligue des Champions, Al Ahly réalise un nouveau coup de maître, dans une saison qui ne fait encore que commencer !

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :