Coupe du Roi : Face à Bilbao, Barcelone soulève sa 31ème coupe (0-4) !

Espagne – Et de 31 ! Avec ce nouveau succès, Barcelone s’offre sa 31ème Coupe du Roi. Dans un match à sens unique, le Barca n’aura jamais été inquiété par une équipe basque qui a perdu deux finales d’affilée ! Pour le Barcelone de Koeman, c’est un (modeste) premier pas en avant. Néanmoins, du côté catalan, on espère que cette victoire aura l’effet d’un déclic dans la tête des joueurs, avant d’entamer un sprint final, en Liga, pour le titre de champion.

Le match

Alors que la finale 2020 de cette même Coupe du Roi vient d’avoir lieu il y a deux semaines, il était déjà temps de se plonger dans celle de 2021. Cause Covid oblige, le calendrier a été bousculé, et c’est une situation ubuesque qui s’est produit, puisque Bilbao a été amené à jouer deux fois, en l’espace de deux semaines, deux finales. Un problème que seule les équipes talentueuses peuvent connaître ! Néanmoins, il y a deux semaines, Bilbao n’a pas réellement fait l’étalage de ses talents. En s’inclinant sur la plus petite des marges face à la Real Sociedad (0-1), c’est un Bilbao frustré qui, puisque l’opportunité se présentait, souhaitait se rattraper ce soir. L’objectif des hommes de Marcelino, entraîneur de Bilbao, était donc simple : battre le FC Barcelone, le seul club qui détient plus de titres en Coupe du Roi que Bilbao. C’est un duel classique que nous offrait la Coupe du Roi ce soir. En effet, avec 30 titres d’un côté pour les catalans, et 23 de l’autre, ce sont deux équipes habituées de ces hautes sphères, qui se présentaient à Séville.

Désigné large favori avant le début de cette partie, Barcelone devait néanmoins rester prudent face à un adversaire coriace, emmené par un coach déjà vainqueur de la Coupe avec Valence en 2019… aux dépens du Barca.

D’entrée de jeu, Barcelone a donc imposé un rythme extrêmement élevé à ses adversaires. Monopolisant le ballon – Barcelone le détenait parfois à près de 90% -, les coéquipiers de Lionel Messi ont enchaîné les occasions, toutes aussi dangereuses et spectaculaires les unes que les autres. Au hasard, retenons ce poteau de De Jong qui a donné le ton de la partie à la 5ème minute. Notons également cette tentative de Messi qui, après s’être appuyé sur Griezmann, a tenté sa chance (11′).

Publicités

Ce type d’actions, toujours hautement dangereuses, n’ont cependant pas tant inquiété Bilbao. En effet, cette équipe a su riposter par une défense imperméable. A l’image d’un Oscar de Marcos serein dans les airs face à Messi (16′), Bilbao a su ne pas encaisser de but par sa faculté à répondre aux attaques de Barcelone. Avec un jeu plutôt direct, et désaxé, le Barca a surtout usé de centres en profondeur, ou de une-deux dans les airs. Ce jeu, s’il a été impressionnant et fluide, n’a cependant pas surpris une défense de Bilbao athlétique et sereine, qui fut parfaitement capable de repousser, un à un, les assauts catalans. Enfin, cette équipe a pu compter, au-delà de sa seule solidité, sur la faible capacité du Barca à cadrer ses occasions.

Ainsi, malgré une nette domination des hommes de Koeman dans ce premier acte, ces derniers n’ont finalement été qu’une seule fois capable de cadrer ! Une statistique qui nuance donc la domination barcelonaise, que l’on peut aisément qualifier de stérile lors de cette première mi-temps.

Maestria néerlandaise, victoire catalane

Frustrante, cette première mi-temps aurait pu être une grande partie de plaisir pour les joueurs de Koeman, si ces derniers avaient su se montrer lucides face au but. Cela n’a pas été le cas, mais le fut en seconde mi-temps !

Quelle réaction de Barcelone lors du second acte en effet ! Avec un Frenkie de Jong absolument omniprésent sur l’ensemble du terrain, les catalans ont enfin su profiter des espaces béants qu’ils ont su se créer, pour faire trembler les filets. L’ancien de l’Ajax a tout d’abord été l’artisan de l’ouverture du score. A l’heure de jeu, c’est grâce à une belle ouverture de Messi, que De Jong a pu servir d’un centre à ras terre, son coéquipier français, Antoine Griezmann. Ce dernier, qui avait raté l’occasion de marquer auparavant (48′), c’est ici bien repris. Son appel lui a offert toute la liberté qu’il voulait dans le dos de la défense (1-0).

Galvanisé par ce premier but, Barcelone a par la suite déroulé. Face à une équipe basque totalement aux abois après cette ouverture du score, le Barca n’a pas eu à forcer son talent. Trois minutes plus tard, à la 63ème, c’est cette fois-ci à gauche qu’un centre flottant, tout en délicatesse, de Alba, a offert le 0-2 à De Jong. En retard dans le jeu, la défense de Bilbao a assisté, médusée, au plongeon spectaculaire du néerlandais pour alourdir le score. De passeur à buteur : le natif des Pays-Bas a été l’élément clé du jeu offensif catalan.

Publicités

Le match semblait plié. Cependant, un bon match du Barca, n’est jamais un match sans un but du maestro, Lionel Messi. Bon dans la construction du jeu, le trentenaire a néanmoins tenu à alourdir le score pour se montrer décisif. Compétiteur dans l’âme, on ne peut lui en vouloir. C’est donc avec une certaine facilité que la pièce maîtresse de l’entre jeu catalan a inscrit un doublé. Tout en maîtrise, Messi s’est d’abord appuyé sur De Jong pour se lancer à l’assaut des cages de Simon (68′). Une frappe enroulée est venue conclure cette magnifique action, avant que Messi ne scelle le 0-4 dans la foulée (72′).

Avec un peu plus de réussite, Griezmann aurait également pu inscrire un doublé (86′). Malheureusement, le hors-jeu est venu priver l’ancien de l’Atletico Madrid d’un nouveau but.

La « Next-gen » (enfin) récompensée

A la faveur d’un large succès, Barcelone s’offre donc un nouveau titre, le 31ème dans cette compétition. Le club catalan évite par là même une nouvelle saison blanche, après la traversée dans le désert que fut la saison passée. Serait-ce le dernier titre de Messi avec le Barca ? Si les relations semblent tendues entre les deux parties – club et entourage du joueur – ces derniers temps, il est encore trop tôt pour parler d’un quelconque divorce, ou d’un hypothétique renouvellement de contrat. En revanche, ce qui est certain, c’est que le Barcelone « next-gen », emmené par Griezmann, a enfin gagné un titre. Pour le français, acheté plusieurs millions d’euros – au-delà de 100 -, c’est un soulagement. La nouvelle direction s’en satisfera, avant de replonger dans ses dossiers brûlants, qui risquent d’agiter la Catalogne, et la planète foot toute entière, cet été.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

2 commentaires sur « Coupe du Roi : Face à Bilbao, Barcelone soulève sa 31ème coupe (0-4) ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :