Europa League : Pas de coup de Prague, Arsenal qualifié (0-4) !

Europe – Il n’y avait tout simplement pas match ce soir à Prague ! Valeureux à l’aller, le Slavia s’est cassé les dents face à un Arsenal qui était (enfin) au niveau où on l’attend. Tout l’inverse du match aller en somme, qui n’est désormais plus qu’un lointain souvenir pour Arteta. Proche de la porte s’il ne s’était pas qualifié ce soir, il s’offre un sursis… peut-être de courte durée. En effet, au prochain tour, son Arsenal affrontera Villarreal, coaché par Emery, ancien coach des Gunners avant Arteta, et expert dans cette compétition. Un duel qui promet !

Arsenal met fin au suspense

Punis en toute fin de match à l’aller par l’intermédiaire d’une tête vicieuse de Tomas Holes (90+4′), les hommes de Arteta se savaient en ballotage défavorable au moment de fouler la pelouse du Sinobo Stadium de la capitale tchèque, Prague. Un antre du Slavia qui fait peur puisque les hommes de Triposvsky n’ont plus perdu à domicile depuis 23 matchs toutes compétitions confondues. Le Sparta Prague en sait quelque chose. En effet, dans le choc de ce week-end en 1.Liga – l’élite du football tchèque – le derby de Prague – Slavia contre Sparta donc – a été remporté sans difficulté apparente par un Slavia toujours aussi hégémonique dans son championnat domestique, où il compte désormais 16 points d’avance sur son dauphin, Jablonec.

A la vue de cette série proprement exceptionnelle du côté du Slavia, voir débarquer un Arsenal en grande difficulté en Premier League, et en crise de confiance et d’efficacité suite à un match aller « Désolant« , – titrions-nous dans nos colonnes au soir de l’aller – ne faisait pas du club londonien un favori pour la qualification.
Certes, Arsenal est talentueux, regorge de jeunes pépites, mais n’arrive pas à confirmer sur le terrain. A l’aller, les choses s’étaient donc très mal déroulées.

Quid du retour dans cet état d’esprit pour le club de Londres ? Si des signaux peu favorables à Arsenal émergeaient avant la rencontre, la première mi-temps de cette partie les a tous balayés. Ainsi, c’est un Arsenal flamboyant, aux antipodes du match aller, qui est apparu sur le rectangle vert de cette belle ville d’Europe de l’Est.

A domicile, les joueurs du Slavia ont été écrasés dès l’entame de la rencontre par un pressing agressif d’Arsenal. Ce dernier a très rapidement porté ses fruits. Après un but refusé à Emile Smith Rowe pour une position de hors-jeu (13′), c’est dans la minute d’après qu’Arsenal a réussi à s’envoler dans cette partie. Non pas à la conclusion, mais à la passe, c’est un Smith Rowe éclairé qui a pu servir dans la profondeur un Nicolas Pépé titulaire – un changement par rapport à l’aller -, et adroit par-dessus tout, capable de battre Ondrej Kolar sereinement (0-1).

Dans cette première mi-temps, l’ancien lillois ne fut pas le seul à passer ce dernier rempart du Slavia, puisque deux buts ont suivi par la suite. Toujours grâce à un Smith Rowe étincelant, Arsenal, par l’intermédiaire d’une course de Saka dans la profondeur, a réussi à aller chercher le pénalty. Une opportunité de 0-2, tout de suite validée par Alexandre Lacazette, auteur d’un contre-pied parfait (21′). Dans un temps fort, Arsenal ne s’est pas privé d’enfoncer encore un peu plus son adversaire. En ce sens, à la 24ème, ce fut au tour de Bukayo Saka de conclure (0-3), bien aidé par un travail, au préalable, de Smith Rowe dans l’entre jeu, puis une passe décisive de Calum Chambers : un vrai travail d’équipe en somme.

Quand Arsenal arrive à s’accorder, tout va donc mieux pour cette armada de Premier League anglaise. Après avoir été proprement amorphe une bonne partie du temps à l’aller, avec une inefficacité frôlant le ridicule, Arsenal a ici tenu à remettre les pendules à l’heure. Face à cette accélération dans le jeu voulue par Arsenal, le Slavia, qui avait décidé de ne pas attaquer l’adversaire pour conserver sa qualification, n’a pas eu son mot à dire !

Lacazette confirme, Prague déprime

Des mots, Tripovsky devait également en manquer lorsqu’il a dû se présenter face à ses joueurs dans les vestiaires. Comment les remotiver ? Comment leur faire encore miroiter une qualification désormais à quatre buts ? Difficile, cette confrontation entre staff et joueurs, a sans doute été houleuse. Dans les faits, en tout cas, quatre changements ont eu lieu dès le début du second acte ! Des ajustements qui voulaient, en théorie, faire apparaître un Slavia plus offensif, capable de marquer quatre fois au but pour arracher une qualification.

Cependant, il ne fallait pas être un fin pronostiqueur pour voir que dès la mi-temps, les jeux semblaient pliés. Cette analyse qui s’imposait, est devenue une vérité dans les minutes qui ont suivi. En effet, au retour des vestiaires, c’est un Slavia tout aussi poussif et à court d’idées, qui est réapparu. Malgré des efforts, des courses pour tenter de casser des lignes, le Slavia a tout simplement été trop faible.

L’écart de niveau entre le football et le championnat tchèque, et celui anglais, a donc ici crevé l’écran, et explique cette image déconfite d’un Slavia qui a pourtant su s’élever dans cette compétition. Pour autant, la barre des demies semble être un plafond de verre pour cette équipe. En effet, il y a deux ans déjà, le Slavia avait terminé son glorieux parcours en quarts, après une défaite face à… Chelsea ! Décidément, Londres ne réussit pas à Prague : Lacazette l’a une nouvelle fois démontré, en paraphant, d’un enchainement de dribbles somptueux, la victoire des siens (0-4 à la 77ème).

Le Slavia n’a pas de regret à nourrir, mais sort néanmoins frustré de cette double-confrontation qui semblait, au départ, favorable aux hommes de Trpisovsky. Néanmoins, on peut tout de même voir dans cette double confrontation, au delà d’une nouvelle élimination européenne pour Prague, une véritable progression pour ce club. Ainsi, si l’on se remémore une soirée de 2007 – le 23 octobre précisément -, et ce 7-0 infligé par Arsenal à domicile au Slavia, on se rend compte du chemin parcouru par Prague… ou de la perte de vitesse des Gunners : au choix !

Au prochain tour, Arsenal défiera Villarreal, coaché par M. Europa League, ancien d’Arsenal, Unai Emery, qui vient de sortir le Dinamo Zagreb (Croatie). De joyeuses retrouvailles en perspective !

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Un avis sur « Europa League : Pas de coup de Prague, Arsenal qualifié (0-4) ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :