Ligue des champions : Le PSG souffre, mais ne tombe pas dans le gouffre face au Bayern (0-1)

Europe – Le PSG a souffert, le PSG a joué à découvert, mais le PSG a réussi à remettre le couvert ! Comme l’an passé en effet, le club de la capitale se qualifie pour le dernier carré. Après avoir battu le champion en titre, les coéquipiers de Neymar sont à leur place, c’est à dire dans le microcosme des meilleures équipes européennes. Bravo messieurs !

PSG frustré

C’était un match pour l’Histoire : un match à la taille du PSG donc. Depuis 2011 et le rachat, par les qataris, du joyau footballistique de la capitale française, le PSG n’a eu de cesse de grandir, jusqu’à devenir, dans le courant de la semaine dernière, le 9ème club le plus valorisé au monde ! Le plus valorisé en terme pécunier, mais pas (encore ?) en terme de titres. Ainsi, sur le terrain, le PSG n’a encore jamais gagné une seule fois la plus grande compétition européenne, la Ligue des Champions. Battu l’an dernier au Portugal, en finale, par le Bayern Munich, les envies de revanche des parisiens étaient grandes ce soir, en recevant les munichois. D’autant plus grandes que Paris était galvanisé par son succès à l’aller (2-3).

Confiants mais pas pédants, les parisiens se savaient en danger, puisque le Bayern a tout de même réussi à marquer deux buts. Mais, ces derniers se savaient, dans le même temps, proche d’un exploit monumental. Tiraillés par deux sentiments aux antipodes l’un de l’autre, les parisiens de Pochettino ont goûté très certainement ce soir, à la pression des grands soirs. Une pression que Paris aurait dû arriver à gérer en première mi-temps !

Vivement critiqué pour le jeu qu’il a développé au match aller, le PSG n’a, malgré sa victoire, pas fait l’unanimité. Le plan de jeu mis en place par Pochettino s’appuyait essentiellement sur l’explosivité de Neymar et Mbappé pour mener des contres. Face à une défense adverse solide mais peu mobile, l’entraîneur argentin avait bien prévu son coup. Tout le monde connaît désormais la suite : le PSG a mis en échec un Bayern pourtant dominateur, capable de se procurer plus de trente occasions !

Dans nos colonnes, nous avions été très clairs dès le début : Paris n’a gagné que grâce à la chance, et c’est bien là ce qu’est le football qui reste, avant toutes choses, un simple jeu. Quand la chance vous sourit un jour, comme le PSG il y a une semaine, les désirs de retenter le coup, sont grands. C’est ce que le PSG a donc essayé de reproduire durant cette première mi-temps.

Frôlant le ridicule, Mbappé et Neymar ont tenté, maintes fois, de procéder en contres rapides : la copie conforme de ce qui avait fonctionné en Bavière. Seulement, le PSG a sans doute du oublier quelque chose : le Bayern n’est pas un club tombé de la dernière pluie. Champion d’Europe en titre, le Bayern, il est vrai, joui d’une certaine expérience. Cette dernière lui a donc bien vite permis de déceler les plans du PSG. Dès le début de cette partie, c’est donc une défense plus haute des rouges, qui est apparue. Cette dernière a parfaitement mis en échec un Paris qui se croyait encore au match aller, c’est-à-dire à pouvoir bénéficier d’espaces colossaux.

Le Bayern s’est donc adapté, d’entrée de jeu, en se montrant d’un côté bien plus intelligent lors des contres parisiens, mais également bien plus tranchants en attaque. Au contraire, c’est le PSG qui ne le fut pas ! En somme, cette première mi-temps a été l’inverse du match aller – à peu de choses près – : le PSG a dominé et s’est créé de nombreuses occasions, tandis que le Bayern a subi, mais a réussi à marquer !

Un retournement surprenant, presque amusant… sauf du côté parisien. En effet, le banc et les joueurs de la capitale n’ont pas souri lorsque, par deux fois (37′ et 39ème minute), Neymar a touché la barre ou le poteau de Neuer alors qu’il n’avait « seulement » qu’à éliminer le dernier rempart adverse. Le PSG, dans ces moments, a ressenti ce qu’ont dû, auparavant, ressentir les joueurs bavarois il y a une semaine. Peut-on parler d’une injustice ? Non, car c’est seulement un jeu. Un jeu où, en première mi-temps, le PSG, au-delà de ses difficultés offensives, a également peiné à la relance, à l’image d’un Danilo dégageant peu de sérénité.

Le but du Bayern, en ce sens, est logique. Survenu à la 40ème, ce dernier est venu punir un PSG frustré en attaque. Et comme si cela ne suffisait pas, c’est Choupo-Moting, ex-parisien, qui est venu enfoncer ses anciens coéquipiers. Bien aidé par un Alaba des grands soirs, le camerounais n’a pas hésité à mettre en échec Kimpembe dans sa surface, pour placer son ballon, de la tête, au fond des filets. Navas, héroïque à l’aller, ne peut ici rien faire. Totalement abandonné par sa défense sur cette action, le costaricain n’a pas de regrets à avoir. Ce dernier a d’ailleurs réussi à peser, par la suite, dans ce match, puisque, dans la foulée, ce dernier a su préserver ses cages d’un second but, suite à une tentative de l’inévitable autrichien Alaba (44′).

… mais PSG qualifié !

Proche de l’implosion dans sa surface, Paris fut heureux lorsque l’arbitre a porté son sifflet à ses lèvres pour sonner la fin du premier acte. Ce dernier a été éprouvant pour Paris qui, à la mi-temps, sans être éliminé, se savait plus que jamais en grand danger.

C’est avec une épée de Damoclès au-dessus d’eux, que les parisiens ont fait leur réapparition sur la belle pelouse du Parc. Dans ces instants, c’est ici que l’on mesure parfaitement le poids des supporters dans le football. Normalement, ces derniers auraient sans doute revêtu leur maillot de 11ème homme pour pousser leur équipe, et huer les bavarois dans le même temps. Un soutien qui se serait avéré salutaire et, sans l’ombre d’un doute, qui aurait poussé des parisiens à tout donner au retour des vestiaires.

Cependant, absente, cette ferveur n’a pas poussé les parisiens, qui se sont donc remis à subir… et à se montrer imprécis face au but. En ce sens, on peut relever ce raté de Neymar, suite à un centre de Di Maria (53′), qui plaçait pourtant le brésilien dans les meilleures conditions. Trop court, l’ancien de Santos au Brésil, n’a pas réussi à conclure.

Néanmoins, si ce manque de réussite face au but a pu être frustrant, inquiétant à certains moments durant ce second acte, voir dans le même temps le Bayern buter face à la défense parisienne, a permis de relativiser ce manque parisien. En effet, si en première mi-temps, les similitudes étaient nombreuses avec le match aller, en seconde, cela n’a pas été le cas. Ainsi, ce n’est pas un Bayern tranchant, en réussite face au but, qui est réapparu, mais bien plus une équipe en retrait, à court d’idées. Certes, les coéquipiers de Muller ont fait passé plusieurs frissons dans la surface des locaux. Cependant, hormis une frappe, le Bayern n’a jamais su trouver le cadre ! Cette statistique bavaroise, bien que plus élevée que la statistique parisienne – zéro tir cadré -, n’a donc pas été suffisante au Bayern pour arracher le deuxième but, qui aurait été synonyme de qualification allemande.

C’est donc au terme d’une seconde mi-temps étrangement plus calme comparée aux trois autres de la double confrontation, que le PSG a pu fêter sa qualification. Cette dernière est méritée ! Sans avoir été dominateur à l’aller, et peu – hormis en première mi-temps – au retour, le PSG a su capitaliser sur sa réussite exceptionnelle face au but à l’aller. In fine, c’est cette dernière qui aura eu raison des champions d’Europe en titre !

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :