Europa League : Un Arsenal désolant se fait rattraper en fin de match par le Slavia Prague (1 -1)

Europe – Après un revers face à l’Olympiakos à domicile, Arsenal a une nouvelle fois été transparent à l’Emirates Stadium. Sans plan de jeu clairement défini, l’équipe coachée par Arteta n’a pu compter que sur la fougue de ses entrants pour ouvrir la marque. L’égalisation que les Gunners subissent en toute fin de partie est logique. L’équipe d’Arsenal n’a pu s’élever face à une équipe du Slavia Prague vaillante, et devra véritablement se battre en République Tchèque, dans une semaine, si elle souhaite atteindre les demies.

Première mi-temps

En grande difficulté en championnat, l’Arsenal de Arteta reste en Europe sur une défaite face aux grecs de l’Olympiakos. Un revers concédé à Londres, à domicile, mais qui n’a pas remis en cause la qualification des Gunners pour ces quarts de finale. Après la Grèce, c’est au tour de la République Tchèque, représentée par le Slavia Prague, de fouler la pelouse de l’Emirates Stadium. A priori inférieure, cette équipe est cependant large leader de son championnat domestique. De plus, son parcours en Europe cette saison est plus que louable. La méfiance devait donc être présente dans le camp londonien, sous peine de connaître une nouvelle désillusion à domicile.

A huit-clos, le match a débuté au petit trot. Peu habitués à des débuts de matchs flamboyants, les fans d’Arsenal ont bien reconnu là leur équipe. Cette dernière n’a donc pas voulu partir trop vite en attaque, et s’est tout d’abord attachée à faire circuler tranquillement le ballon au sein de l’entre jeu. En 4-2-3-1, cette équipe anglaise locale a bien utilisé toute la largeur du terrain, arrivant à étirer ce bloc adverse. Quelques bonnes ouvertures sur les côtés, initiées par Willian ou Saka, ont apporté un peu de rythme a un début de match sans grand moment de tension.

Côté adverse, l’entrée en matière timide des Gunners, n’a pas forcé Prague à accélérer en début de partie. Les deux équipes se sont donc un peu mesurées durant ce premier quart d’heure, au cours duquel on peut tout de même relever cette belle frappe de Lukas Provod (15′), concluant un mouvement collectif tchèque intéressant.

Non cadrée, cette première tentative a eu le don de confirmer une chose : le Slavia Prague n’est pas une équipe qui joue à couvert. Pour autant, Arsenal n’est pas non plus une équipe qui se cache dans son jeu. Ainsi, bien qu’elle se soit montrée timide, cette formation a néanmoins également fait montre d’une envie d’aller de l’avant. Cependant, envie ne rime pas toujours avec réussite : en témoigne cette tentative nettement hors cadre de Lacazette au premier poteau (28′), ou celle de Saka (31′), cadrée, mais loin de mettre en danger Ondrej Kolar, gardien du Slavia.

Publicités

Ces deux occasions n’ont donc rien donné. Plus généralement, c’est toute la grande phase de possession instaurée par les Gunners qui n’a pas porté ses fruits. Stérile, la domination de l’équipe londonienne n’a pas totalement endormi le Slavia. Preuve en est avec cette percée de Peter Olayinka, aboutissant à une frappe légèrement trop écrasée (36′). Pas de quoi effrayer un Bernd Leno attentif sur sa ligne.

Dans les cinq dernières minutes, Arsenal a bénéficié d’un coup-franc : une occasion de se rapprocher des cages adverses. Cela a fonctionné puisque la défense est montée, dont Cedric Soares – latéral gauche – qui a réussi, dans la foulée, à servir un Rob Holding – défenseur central des Gunners – au point de pénalty. Auteur d’une jolie extension dans les airs, l’élément défensif de Londres a obligé Kolar à s’employer (40′).

A l’instar de sa défense – emmenée par le latéral Jan Boril notamment -, le dernier rempart du Slavia a assuré une bonne protection à son équipe sur cette tentative. Ce dernier, grâce à son talent, a su préserver le résultat nul avant la mi-temps.

Deuxième mi-temps

Sans grande occasion, cette première mi-temps n’a pas offert beaucoup de possibilités à ces deux équipes de marquer. A la pause, les deux coachs ont sans doute dû remobiliser leurs joueurs pour ce second acte. Le technicien du Slavia, Trpisovsky, a également décidé de faire un ajustement. Petr Sevcik, passé par Liberec, a fait son entrée à la place de Jakub Hromada, passé par Liberec également, et qui occupait le poste de sentinelle devant la défense en première mi-temps.

Au retour des vestiaires, la physionomie du match n’a guère évolué : Arsenal tout comme le Slavia apparaissaient toujours aussi limités en terme d’idées dans le jeu. Il a fallu attendre la 58ème minute et un bon débordement de Abdallah Sima, avant-centre de Prague, pour assister à une action dangereuse dans ce second acte. En retrait, l’attaquant sénégalais, transfuge d’Evian – club amateur en France – au mercato estival, a réussi à servir sur l’autre versant du terrain Jan Boril. Seul, ce dernier, malgré beaucoup d’espace face à lui, n’a pas réussi à surprendre Bernd Leno.

Publicités

Côté Arsenal, une occasion aurait dû, par la suite, permettre à Lacazette d’ouvrir le score. A la 62ème, l’ancien de l’OL était en effet seul face au gardien tchèque. En disposant du temps nécessaire – sinon plus – pour armer, l’avant-centre se devait de la mettre au fond : c’est finalement la barre transversale qu’il a réussi à accrocher ! Une frappe ubuesque, à l’image d’un Arsenal pathétique et désolant.

Par la suite, le coach du Slavia a voulu faire quelques changements dans son onze. Le premier entrant du Slavia, Sevcik, a vu Ondrej Lingr et Jan Kuchta le rejoindre. Deux jeunes éléments, sensés apporter plus de vitesse. Cependant, l’entrant le plus remuant à sans doute été le tout premier. Ainsi, à la 77ème, Petr Sevcik, sur une erreur de relance de Gabriel dans l’axe, a failli ouvrir la marque d’une frappe enroulée puissante. Il lui aura manqué quelques centimètres : rageant !

Arteta, quant à lui, a pu apprécier la belle entrée de Aubameyang à la place de Lacazette (78′). Une fois sur le terrain, le joueur africain a en effet été dangereux sur sa première occasion (82′), où il a cependant raté le cadre. Mis en confiance par ce premier bon mouvement, ce dernier n’a pas stoppé ses efforts. Finalement, habile dans la construction, le gabonais a bien permis l’ouverture du score, devenant passeur décisif pour Nicolas Pépé (86′).

L’ancien lillois a bien fait de marquer, puisque dans le temps additionnel, lors du dernier corner, le Slavia, par l’intermédiaire de la tête de Tomas Holes, a su égaliser en toute fin de partie (90+4′). Un but qui démontre toute la force de caractère de cette équipe, qui préparera sans doute un chaud accueil aux Gunners à Prague dans une semaine.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Un avis sur « Europa League : Un Arsenal désolant se fait rattraper en fin de match par le Slavia Prague (1 -1) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :