Ligue des champions : Le Bayern chute face à un PSG impitoyable (2-3) !

Europe – Qui aurait pu parier sur un tel exploit ? Le Bayern, invaincu depuis plus de deux ans à domicile en Ligue des champions, battu par une formation parisienne en manque de repères à ce stade de la compétition. Non, vous ne rêvez pas ! Au terme d’un match d’anthologie, le PSG coaché par Pochettino s’est offert un Bayern Munich qui a sans doute joué de la plus belle des manières collectivement parlant, mais à qui il aura manqué une chose essentielle : l’efficacité. Avant le match retour au Parc des Princes, le PSG peut ce soir être content de ce qu’il a su réaliser. La balle est désormais dans le camp des parisiens, à eux d’assurer au match retour, dans une semaine.

Première mi-temps

Entre le tirage au sort de ce match, et la tenue de ce dernier, le Bayern Munich a appris une triste nouvelle : l’absence de Lewandowski. Le goléador polonais, véritable fer de lance des offensives bavaroises, étant absent, c’est à Choupo-Moting qu’est revenu la lourde tâche d’occuper la place d’avant-centre. Côté parisien, le retour de Neymar apparaissait comme salvateur aux côtés de Mbappé, ainsi que Draxler, surprise de ce onze.

Le match a débuté sur les chapeaux de roues ! Deux minutes ont suffi au Bayern pour se procurer une première occasion. Le danger est venu de Choupo-Moting qui, suite à un corner, a pu placer sa tête au premier poteau. La barre transversale a stoppé le ballon du camerounais qui filait droit au but. Un énorme coup de frayeur est passé dans la surface parisienne. Un coup de frayeur vite dissipé puisque, dans la foulée, la course effrénée de Neymar a ouvert de bons espaces. Revenu de blessure au meilleur des moments, le brésilien a ici une nouvelle fois prouvé qu’il était une pièce maîtresse dans ce collectif parisien. Adroit et lucide, l’ancien de Santos a servi Mbappé sur le côté. Sans forcer, le prodige français est venu mettre en échec Manuel Neuer (3′) ! C’est dans la neige, qui s’est invitée au coup d’envoi de cette partie, que Mbappé a exulté, auteur d’un début de partie parfait !

Pas déstabilisé par cette ouverture du score dès plus précoces, le Bayern est reparti de l’avant. En 4-2-3-1, les hommes dirigés par Flick ont immédiatement tenté de répondre à l’ouverture du score parisienne. En ce sens, Muller n’était pas loin de devenir l’auteur du but égalisateur (10′). Mais c’était sans compter un Navas en jambe, tout de suite décisif dans ce match lui aussi. Le Costaricain a rassuré les siens en se saisissant du ballon du milieu bavarois.

Cette frayeur passée, c’est un Paris offensif que l’on a retrouvé dans les instants qui ont suivi cette action. Toujours à la baguette, Neymar a, d’une facilité insolente, réussi à trouver Mbappé dans sa course à la 12ème. Cette action, une nouvelle fois de grande classe, n’a cependant pas abouti à un but, Mbappé étant in fine signalé hors-jeu.

Par la suite, le Bayern a pris le jeu à son compte. Une phase de possession a débuté : le Bayern a su passer par l’arrière et notamment par le latéral autrichien Alaba, pour trouver des espaces, et créer des brèches dans l’entre jeu parisien. Ces mouvements ont fonctionné : le Bayern a continué à être dangereux… et Navas a continué à être décisif. Le sud américain est notamment l’auteur d’une claquette ô combien salvatrice sur une frappe puissante de Pavard (20′).

Durant ces vingt premières minutes, le verrou parisien n’a tenu que grâce à Navas. En effet, hormis le goal du PSG largement supérieur aux locaux, dans le jeu et l’intensité, la domination du club bavarois a été totale, et les parisiens ont toujours été en-dessous de leurs adversaires. Que ce soit à droite avec les montées incessantes de Pavard, ou bien à gauche avec l’explosivité de Coman face à un Marquinhos en difficulté, le Bayern a fait l’étalage de sa puissance et de son jeu bien rôdé.

Cependant, il ne suffit pas d’avoir des occasions. Alors que le Bayern était en manque de réussite, Paris a joué la carte de l’efficacité et de la rationalité : une action, une passe, un but. Ainsi, si Marqunihos a été en difficulté en défense, il ne s’est, cependant, pas interdit de monter jouer un corner à la 28ème. Une montée payante puisque, totalement oublié par la défense bavaroise, il a su offrir le 2-0 aux siens, profitant d’un passe lobbée sublime de son compatriote Neymar. Véritable héro, le « Capi » comme on l’appelle gentiment dans les vestiaires, a cependant dû céder sa place dans la foulée, du fait d’une gêne musculaire. Ander Herrera, ancien mancunien, est venu le remplacer – plus précisément, ce dernier a pris la place de Danilo au milieu, qui s’est quant à lui mis à la place du brésilien sortant.

Côté bavarois, les faits de jeu ont sans doute contraint un Hansi Flick déboussolé sur son banc de touche, à faire un premier changement. A la 33ème, le canadien Davies a fait son entrée à la place de Goretzka.

Obligés de marquer pour répondre à cette véritable humiliation à domicile lors de ce premier acte mouvementé, les bavarois sont repartis à l’attaque. Sous une neige toujours plus épaisse sur le terrain, le Bayern a avancé plus prudemment, mais pas moins sûrement. Choupo-Moting ne vous dira pas le contraire ! Lui qui cirait le banc au sein du club de la Ville Lumières, a tenu à se venger. Non sans un esprit de revanche donc, la star camerounaise n’a pas hésité à placer sa tête à la 37ème, déviant au passage un centre fort de Pavard au second poteau. Une action imparable pour Navas, qui s’est ici incliné après tant d’arrêts réussis !

A 1-2, les bavarois ont retrouvé quelques couleurs. En revanche, sur le banc, Hansi Flick a continué de s’activer, réalisant un nouveau changement. A la 42ème, l’ancien entraîneur de la réserve a en effet décidé de faire du poste pour poste, faisant sortir un Niklas Süle pourtant décisif de nombreuses fois en défense, par Jérôme Boateng. Ce changement a clos une première période totalement spectaculaire.

Deuxième mi-temps

A la mi-temps, un nouveau problème physique, concernant cette fois-ci Diallo, a contraint Pochettino à faire rentrer le jeune Mitchel Bakker. Un changement poste pour poste qui a relancé Paris dans ce match.

Dans les minutes qui ont suivi le réengagement, ce sont deux adversaires plutôt équivalents qui sont apparus sur la pelouse de l’Allianz de Munich. Le PSG s’est tout d’abord signalé, par Neymar (52′). Timide, le Bayern a attendu la 53ème minute et une tentative de Alaba à l’entrée de la surface, pour se manifester dans ce second acte. A nouveau décisif, c’est un Navas solide sur ses appuis qui a répondu à la star de la sélection autrichienne.
Pas découragé, Alaba a poursuivi sur cette voie, combinant dans la foulée depuis le côté gauche avec Leroy Sané. L’ancien de ManCity a ensuite tenté de trouver la tête de Choupo-Moting au point de pénalty. Sans succès, mais un nouveau frisson a traversé le banc parisien sous tension.

Bien construites, ces actions bavaroises se sont avérées plus dangereuses que les tentatives de jeu direct et attaques rapides, tentées par Paris sur cette période. Une période où le Bayern s’est donc montré à son avantage, jusqu’à enlever celui de Paris au tableau d’affichage ! Cruel, mais logique au vu de la physionomie de ce début de second acte. Le second but munichois est venu d’une phase arrêtée. A l’heure de jeu, un Joshua Kimmich à la baguette, a parfaitement déposé sur la tête de Muller un ballon flottant. Ni une ni deux, l’ex figure de la Mannschaft n’a pas hésité à ajuster un joli coup de casque, pour coller un second but au Paris de Navas.

Dos au mur après avoir subi cette égalisation, le PSG n’avait pas fière allure durant cinq minutes. Un Bayern souverain a monopolisé le ballon durant ce laps de temps. Les tentatives de contres des parisiens ont toutes été infructueuses… jusqu’à la 68ème, ou une course de Mbappé a déstabilisé toute la défense rouge locale. Face à Boateng, Mbappé a choisi l’option de la frappe, option payante ! Dans un angle fermé, il a surpris toute la ligne défensive adverse qui s’attendait, tout comme Neuer, à une passe en retrait vers Neymar. En prenant de court le Bayern, Mbappé a fait le choix de l’audace. Ce dernier a été récompensé, à hauteur de son talent !

Une fois encore, Paris a fait montre dans ce match d’une efficacité record, qui n’est pourtant pas toujours la marque de fabrique de ce club à ce niveau de la compétition. Dans les minutes qui ont suivi ce but, l’intensité est légèrement retombée, avant qu’elle ne reparte à la hausse dans les dix dernières minutes. Au cours de ces derniers instants, Draxler s’est signalé par une frappe puissante à quinze mètres (84′), avant que David Alaba ne lui réponde par une frappe qui aurait pu être celle du 3-3 (86′).

Cette action de l’autrichien résume bien le match du Bayern : avec plus d’efficacité face au but, cette formation aurait pu largement faire la course en tête au coup de sifflet final. Par rapport à la domination qu’a instauré cette équipe dans cette partie, cela n’aurait pas été illogique d’assister à cela. Cependant, la chance ne peut pas toujours être dans le même camp. Cela faisait plus de deux ans que le Bayern n’avait plus perdu en Ligue des champions !

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Un avis sur « Ligue des champions : Le Bayern chute face à un PSG impitoyable (2-3) ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :