Coupe Confédération CAF : Le Raja Casablanca prend le meilleur sur Pyramids (2-0)

Afrique – Dans un match crucial pour la première place du Groupe, les Pyramids n’ont pas su être à la hauteur. Durant les vingt premières minutes de cette rencontre, c’est un visage totalement inhabituel de cette équipe, que l’on a aperçu dans l’antre – malheureusement vide – du Raja Casablanca, le stade Mohamed V. Deux erreurs défensives des Pyramids ont permis aux locaux de faire la course en tête. Incapable de marquer en seconde mi-temps, le dernier finaliste de la Coupe de la Confédération, encaisse ce soir sa première défaite de la saison dans cette compétition.

Première mi-temps

Présent en Ligue des Champions l’an dernier, le Raja Casablanca n’a pu se qualifier cette saison pour la plus grande compétition continentale en Afrique. Ainsi, ce club participe donc désormais à cette Coupe de la Confédération, l’équivalent de l’Europa League. Dans ce Groupe D, le club marocain enchaîne les succès, et a su récolter six points en deux matchs : un bilan parfait. Néanmoins, face au club égyptien Pyramids FC, finaliste malheureux de la dernière édition, les hommes de Sellami, savaient que les affaires allaient nettement se compliquer ce soir. Tout comme leurs homologues marocains, les joueurs égyptiens ont également réalisé un sans faute en ce début de phase de poules. Pour ces deux formations en confiance dans cette compétition, ce match représentait l’occasion de prendre la tête du groupe.

A domicile, positionné en 4-3-3, le Raja Casablanca s’est très vite découvert sur les côtés, laissant du champ à Omar Gaber à droite (4′), pour déborder puis centrer. Offensifs d’entrée de jeu, les égyptiens se sont vite montrés dangereux aux abords de la surface du club de Casa. En quadrillant bien l’ensemble du terrain grâce à un milieu dense de cinq joueurs, Pyramids s’est procuré une belle première occasion, par l’intermédiaire de Ramadan Sobhi. L’avant-centre égyptien s’est en effet, à la 10ème, joué du goal adverse qui était sorti, pour armer une frappe enroulée, repoussée in-extremis par un repli défensif de qualité.

Néanmoins, ce premier quart d’heure de bonne facture n’a pas porté chance à cette formation égyptienne. Souveraine dans le jeu, cette dernière a malgré tout concédé l’ouverture du score. Un coup-franc excentré à gauche, tiré par Moutaouali, a en effet abouti au premier but du Raja : mal dégagé par la défense, le ballon a atterri dans les pieds de Abdelilah Madkour qui s’est essayé de loin. Puissante, sa frappe a déstabilisé le goal des Pyramids, qui a mal calculé le rebond du ballon au moment de s’interposer à l’aide de ses gants. Un but gag, qui n’aurait pas dû avoir lieu… et que la CAF – la fédération africaine de football -, a même accordé, en cours de match, à Ekramy – goal des Pyramids -, auteur d’un contre son camp donc.

Galvanisé par ce but, le Raja Casablanca s’est, par la suite, montré bien plus à l’aise sur sa pelouse. En s’appuyant sur ses éléments rapides, cette formation a procédé en contres. La faiblesse et la passivité des défenseurs adverses ont fait le reste. Incapables de dégager proprement et sereinement, les défenseurs égyptiens de Pyramids ont totalement laissé couler leur équipe, encaissant un second but dans les minutes suivantes (21′). Sur cette action, la bonne combinaison de Moutaouali avec Ben Malango Ngita, avant-centre congolais, a offert le but du break. La finition parfaite de Ngita, qui s’est retrouvé totalement seul au point de pénalty, a permis au Raja de conclure (2-0). En confiance, le buteur congolais a même tenté d’aller chercher un doublé (24′), reprenant avec audace un ballon haut, d’une reprise acrobatique dont lui seul a le secret.

En l’espace de six minutes, le club marocain a donc totalement inversé le rapport de force, faisant apparaître au grand jour les énormes lacunes défensives du club égyptien. Sur le banc de touche, le coach argentin des Pyramids, Arruabarrena, a essayé de redonner confiance à ses joueurs, leur faisant signe de la main de se calmer. Un message qui a d’abord eu du mal à passer dans les rangs égyptiens, avant que le Raja ne baisse un peu en intensité.

C’est à partir de la 30ème minute que Pyramids a quelque peu réussi à sortir la tête de l’eau. L’engagement du milieu d’expérience, Mohamed Fanouk, 31 ans, a notamment participé à ce petit regain d’envie et d’énergie du côté visiteur. A l’arrière, la zone de tous les maux chez les Pyramids, la prestation de Ekramy, gardien malheureux sur le premier but, s’est également légèrement améliorée. Ce dernier a ainsi réussi à effectuer son premier arrêt salvateur, suite à un centre dans la surface du Raja (37′).

Du côté des défenseurs, ces derniers ont répondu aux attentes de l’entraîneur, réussissant à temporiser quelque peu le jeu, tout en effectuant des sauvetages intelligents, à l’image de Ali Gabr (41′). Cette dose de solidité retrouvée côté égyptien, a permis à cette équipe des Pyramids, malmenée comme jamais dans cette compétition, de ne pas voir le score évoluer encore jusqu’à la mi-temps.

Deuxième mi-temps

Le coach des Pyramids a sans doute eu beaucoup de choses à redire à ses joueurs à la pause. Auteurs d’une pâle prestation, ces derniers se devaient de repartir avec plus d’allant. A la mi-temps, le sud-américain en charge de cette équipe, s’est décidé à effectuer un premier changement. Mahmoud Hamada, a dû cédé sa place à l’expérimenté Abdalla Bekhit, qui n’avait pas été sélectionné par son coach lors des sept derniers matchs de Premier League égyptienne qu’a disputé cette formation.

Ce changement a, probablement, participé à l’évolution positive de l’attitude de cette équipe sur le terrain. Après être ressorti des vestiaires, Pyramids s’est en effet davantage porté vers l’avant, montrant également plus de conviction et d’engagement lors de ses prises de balles. Avec un arbitrage plus clément, cette équipe aurait même pu bénéficier d’un pénalty, pour une faute de main du Raja dans la surface. Trop éloigné de l’action, l’arbitre ne devait pas avoir tous les éléments nécessaires pour trancher efficacement cette situation. Ce dernier a laissé courir le jeu, s’attirant les foudres des Pyramids.

Concentrés sur eux-mêmes, les joueurs du Raja Casablanca sont restés calmes, et ont poursuivi leur prestation sérieuse par la suite. Voyant que son équipe n’arrivait pas à avancer face à un bloc adverse bien rôdé, le très expressif coach des Pyramids s’est résolu à effectuer de nouveaux changements. A la 57ème, tout d’abord, le défenseur Osama Galal, est sorti, remplacé par Ahmed Fathy, 36 ans. Puis, ce fut au tour de John Antwi, attaquant ghanéen, de prendre la place du défenseur Omar Gaber, sans doute l’un des joueurs les plus remuants de cette équipe. Ce changement, effectué à la 66ème, traduisait parfaitement les envies de cette équipe de recoller au score.

Néanmoins, malgré plus d’envie et d’engagement que lors du premier acte, les offensives des Pyramids n’ont rien donné. Dans les dix dernières minutes du temps additionnel, c’est à cours d’idée et en manque de rythme que les visiteurs ont buté, inlassablement, sur une ligne défensive marocaine totalement dominatrice de son sujet.

Bilan du match

Dans ce Groupe D, le classement final se dessine donc après cette victoire méritée du Raja. Le vainqueur du jour double son adversaire : le Raja est premier avec neuf points. Pour les Pyramids, quand bien même cette défaite est peu encourageante, elle ne remet pas en cause la deuxième place du club. Qualificative pour la phase finale, cette dernière devra être préservée par les égyptiens au cours des trois prochaines journées.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :