Liga (J28) : Séville arrache le nul à Valladolid grâce à son goal buteur ! (1-1)

Espagne – Ennuyant une bonne partie du temps, décapant ne serait-ce qu’un instant : ce Valladolid-Séville va marquer cette saison de Liga. Non pas pour la prestation solide des locaux, ni pour le match fantomatique de En Nesyri… mais pour le goal Bono, auteur d’un but au bout du temps additionnel, offrant la victoire aux siens. Un scénario inimaginable, mais pourtant véridique ! Estupendo !

Première mi-temps

Il y a dix jours, le FC Séville a été sorti de la Ligue Des Champions par les allemands du Borussia Dortmund. Une défaite logique où, néanmoins, Séville a fait montre d’une certaine solidité. Cette dernière est, d’ailleurs, réapparue par la suite chez les sévillans, qui restent sur deux victoires en deux matchs après leur échec européen. A l’extérieur ce soir, l’objectif des hommes de Lopetegui étaient donc de s’imposer pour étirer cette belle série naissante, et conforter leur quatrième au classement. Coté Valladolid, les objectifs étaient tout autres : le maintien, et non la course à l’Europe, guidait ce soir les hommes de Sergio, le coach espagnol des locaux. Ce dernier, sur ses cinq derniers matchs, peut se targuer d’avoir fait naître une certaine dynamique – trois nuls, une victoire et une défaite -, et comptait bien poursuivre sur cette voie ce soir.

Malgré tout, c’est bien Séville qui a pris, comme on pouvait si attendre, les commandes de ce match. Positionné en 4-3-3, le FC Séville a immédiatement voulu imposer son jeu de possession à un bloc de Valladolid bien en place. Pour mettre un peu de folie dans ses actions, Séville a pu compter sur la puissance de Papou Gomez, une nouvelle fois titulaire dans son couloir gauche. L’ancien de l’Atalanta Bergame a su s’illustrer en premier dans cette partie, décochant une frappe après un bon débordement. Dégagée par Jimenez – goal des locaux -, cette balle est retombée dans les pieds de En Nesyri qui a manqué de spontanéité pour la pousser au fond (5′).

Dans un début de match à sens unique, le FC Séville a fait montre de sa faculté à combiner dans les petits espaces, tout en faisant l’étalage de son jeu long, en parallèle. La prestation collective de l’équipe a été très sérieuse, sans aucun faux pas ou mauvais contrôle. Cette équipe a affiché une grande sérénité, à l’image de cette action (14′), un centre de Orellana puissant, qui fut parfaitement capté par le goal marocain Bono.

A l’inverse, dès que Séville désirait accélérer, la défense adverse se montrait aux abois. Ce fut le cas, par exemple, lors de ce centre de Navas (18′), très fort, au point de pénalty vers En Nesyri. In extremis, ce ballon a été dégagé par Valladolid, non sans que cette équipe se soit montrée extrêmement fébrile et prenable à l’arrière.

Néanmoins, après de bons premiers mouvements initiaux, Séville a commencé à rentrer dans un faux rythme, peinant à se montrer offensif. Ce n’est guère à cause du pressing de Valladolid, inexistant, mais plus du fait d’une forme de suffisance, pourrait-on penser. Séville se savait supérieur, et ne semblait pas pressé de l’afficher au tableau d’affichage.

Côté adverse, on s’est quelque peu acclimaté à ce rythme lent, entrecoupé par les quelques prises de balle rapides de Gomez notamment. Cependant, les hommes de Sergio n’ont pas totalement laissé le ballon à leur adversaire. Au contraire, dès la 25ème minute c’est davantage Valladolid qui a eu le ballon dans ses pieds. Mais, face à un bloc adverse, et une charnière centrale composée de Diego Carlos et Jules Koundé, deux anciens de Ligue 1, la mission était particulièrement difficile à relever. Sur le front de l’attaque, l’israélien Shon Weissman, transfuge cet été du club autrichien du Wolfsberger AC, a ainsi eu peu d’opportunités à se mettre sous la dent. Souvent esseulé, il a très peu vu le ballon durant ce premier acte, à l’instar de son coéquipier Sergio Guardiola.

Cependant, à force de persévérance, Valladolid s’est montré plus dangereux et insistant au sein de la partie de terrain adverse. Et pour finir, les efforts de cette formation ont payé ! Ainsi, à la 42ème, en voulant reprendre un centre au point de pénalty, Weissman a subi une faute de Diego Carlos. Après un moment de flottement, l’arbitre est allé consulter la VAR, avant d’accorder un pénalty aux locaux. Ni une ni deux, Fabian Orellana, chilien d’expérience, s’est chargé de le tirer, offrant le but du 1-0 aux siens (44′) !

A trop laisser le ballon à ses adversaires, et à jouer au petit trot, Séville a fini par en payer le prix fort. A la mi-temps, les hommes de Julian Lopetegui faisaient la grise mine !

Deuxième mi-temps

Très décevant en première période malgré une supériorité visible techniquement parlant, Séville se devait de réagir pour ne pas désespérer ses fans ! Et cela a commencé par le banc, avec des premiers changements qui ont été effectués dès le retour des vestiaires. Marcos Acuna l’argentin, a ainsi remplacé un trop timide Oliver Torres. Navas, latéral droit, est quant à lui également sorti, remplacé par l’ancien marseillais Lucas Ocampos.

Mais les changements de joueurs ne font pas tout. Ce qu’il manquait à Séville en première mi-temps, était l’envie : au retour des vestiaires, cette dernière fut loin de crever l’écran côté sévillan. Au contraire, chez les locaux, ce but juste avant la mi-temps a eu le don de leur donner un supplément de confiance. Ainsi, ce sont bien eux qui se sont signalés en premier lors de ce second acte.

Après d’autres mouvements ratés, Séville a, en plus de ce scénario cauchemardesque, commencé à perdre patience. En témoigne le carton jaune reçu par Lopetegui (59′). Cela n’a, bien évidemment, pas dérangé Valladolid qui a continué de suivre à la lettre son plan de jeu, laissant Séville dans le doute et la colère.

Voyant son équipe toujours à la peine, Lopetegui a souhaité faire deux nouveaux changements. L’ancien du Barça, Rakitic, a fait son entrée à la place de Gudelj, tout comme l’avant-centre De Jong (67′). Lorsque ces deux éléments sont rentrés, Séville a retrouvé une certaine ossature au milieu de terrain. De Jong, en point d’appui, y a participé, tout comme les bonnes combinaisons de Rakitic, qui s’est d’ailleurs signalé par une frappe (72′), néanmoins sans danger pour Roberto Jimenez.

Cette première occasion, sans doute la meilleure du match pour Séville, a donné des idées aux visiteurs. Après Rakitic, c’est donc De Jong qui a essayé de faire céder le verrou. A deux doigts d’y arriver, sa reprise est néanmoins allée choir sur le poteau de Valladolid (77′).

Bilan du match

En fin de match, la pression sur les cages de Jimenez s’est accentuée. Alors que Valladolid pensait se diriger vers une victoire, un dernier corner a eu raison des trois points espérés par les locaux. Et c’est Bono, le goal marocain de Séville, qui est venu inscrire ce but égalisateur. Monté à l’occasion de cette dernière phase de jeu, l’africain a profité d’un cafouillage dans la défense adverse, pour armer du gauche à la 90+4ème. Une fin de match totalement folle : ce n’est pas tous les jours qu’un gardien de but est buteur, et c’est d’ailleurs le premier but de Bono dans sa carrière.

Au classement, Valladolid aurait pu espérer, après cette prestation solide, une meilleure finalité. Mais Bono en a décidé autrement, et cette équipe n’engrange qu’un point. Les locaux sont 16ème. Pour Séville, ce nul in extremis est un bon point pris, dont ils se souviendront ! Les hommes de Lopetegui confortent ce soir leur quatrième place. Trêve internationale oblige, la Liga ne reprendra que d’ici début avril.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :