Europa League : l’Ajax se balade face aux Young Boys et entrevoit les quarts (3-0)

Europe – Auteur d’un exploit au tour précédent, les Young Boys qui ont éliminé le Bayer Leverkusen en seizièmes, se sont cette fois-ci montrés bien plus fébriles face à l’Ajax. Favori potentiel pour remporter l’Europa League cette année, le champion des Pays-Bas en titre n’a en tout cas pas raté son duel face à son homologue suisse. Après une première mi-temps très ouverte, mais vierge en terme de but, l’Ajax Amsterdam a réussi à soigner ses problèmes de finition. Le score, sans appel, reflète la qualité offensive de cette équipe.

Première mi-temps

Après un succès retentissant au tour précédent où les Young Boys ont réussi à éliminer de la compétition le Bayer Leverkusen pour s’offrir son premier huitième de finale en Europa League, l’optimisme était à l’ordre du jour ! Face à l’Ajax Amsterdam, le match, pour les suisses, s’annonçait compliqué à négocier contre une équipe habituée des joutes européennes.

Néanmoins, en arrivant confiant et motivé, Berne ne s’est pas caché en début de première mi-temps, annonçant clairement son intention de marquer un but. L’Ajax, également porté vers l’avant, a su se procurer des occasions lors de contres, profitant d’une défense des Young Boys très haute sur le terrain. En entame, le jeune brésilien Anthony s’est signalé, notamment à la 5ème minute, où il était tout proche d’ouvrir le score. Cependant, le gardien remplaçant de Young Boys – Von Ballmoos étant absent -, Guillaume Faivre, s’est ici bien employé, sortant un arrêt réflexe du pied, ô combien salvateur !

Cette première occasion a eu le don de lancer les hostilités dans un match très ouvert. Young Boys s’est d’abord créé sa première occasion par la suite, avant que Anthony ne refasse parler de lui. Ce fut le cas à la 12ème notamment, où ce dernier était à la réception d’un centre de Tadic. De la tête, le sud américain a raté le cadre de peu. Pour Ryan Gravenberch, en revanche, le cadre était bien trouvé, mais c’était sans compter sur un Faivre impérial (15′). Plus axial, le néerlandais a, pour peser dans cette rencontre, dû repiquer dans l’axe le plus souvent, afin de permettre à Neres ou Anthony de l’autre côté, de déborder depuis leur couloir. Cette tactique a bien fonctionné, laissant beaucoup de champ à ces deux éléments.

Cependant, face à une défense centrale adverse bien en place, les rushs de Neres notamment, ont toujours été stoppés par les Young Boys. En ce sens, il est bon de souligner l’excellent retour de Camara sur Neres (24′), parti seul suite à une ouverture de Tadic. Un jeu en une touche de balle, assez direct, tout comme celui des suisses, a été déployé par les hommes de Ten Hag. Pour les visiteurs, ces derniers ont tenté de jouer du côté de leur deux avant-centres que sont Elia Meschack et Jean Pierre Nsamé. Tout deux à l’affut, ils ont su, lors de rares opportunités, faire des différences par des dribbles ravageurs notamment. Certes limité, le plan de jeu offensif de YB n’est cependant pas devenu amorphe, malgré une équipe adverse dominatrice.

Après vingt premières minutes extrêmement intenses, le rythme est quelque peu redescendu. En faisant tourner la balle dans l’entre jeu, l’Ajax s’est parfois fait un peu peur face au pressing agressive des suisses. Néanmoins, hormis un mouvement raté de Meschack (34′), l’Ajax n’a jamais véritablement subi dans le jeu. C’est d’ailleurs l’équipe de Amsterdam qui, après une dizaine de minutes, a réaccéléré dans ce match, se procurant ainsi une nouvelle occasion. Néanmoins, face au roc qu’est Lustenberger dans cette défense, l’Ajax n’a jamais vraiment réussi à surprendre une ligne défensive adverse bien en place.

Ainsi, que ce soit en contres, où lors d’attaques plus construites, le défenseur suisse de 32 ans s’est élevé pour repousser successivement ces vagues amsterdamoises. C’est particulièrement dans les airs que le suisse a été impérial. En tant que capitaine, il a bien porté son brassard, et a fait montre d’un état d’esprit exemplaire.

Deuxième mi-temps

Déçu par la prestation offensive des siens lors de ce premier acte, Gerardo Seoane a immédiatement souhaité faire un changement. Sulejmani a fait les frais de ce réajustement, laissant la place à Ngamaleu, le compatriote camerounais de Nsamé. Un choix résolument offensif, traduisant ainsi les intentions de victoire du champion suisse en titre, lors de ce second acte.

En ce sens, au retour des vestiaires, on a davantage assisté à des prises de balles de Lauper au milieu, ou Fassnacht sur le côté droit. Un constat qui démontre les velléités offensives de cette équipe bernoise, pas loin d’ouvrir la marque (52′), suite à un contre ravageur. Auparavant, dix secondes avant, Alvarez pour les locaux s’était également ouvert la voie du but : seul Faivre était encore lucide sur cette action qui a enrhumé toute la défense des visiteurs. Déjà crucial pour son équipe avant la pause, le goal de Berne l’est devenu encore un peu plus suite à cette action où il a parfaitement su éteindre l’incendie.

Comme en première mi-temps, la domination de l’Ajax n’a pas porté ses fruits. Avec pourtant une multitude d’opportunités, cette équipe néerlandaise n’a pas su faire sauter le dernier verrou, malgré des efforts répétés avant l’heure de jeu. Cependant, à force de persévérance, l’Ajax a fini par être récompensé, arrivant finalement à marquer (62′) suite à une erreur de Lustenberger, sa première. Omniprésent et décisif, le central suisse a néanmoins manqué ici de lucidité face à Davy Klaassen qui marque donc son deuxième but dans la compétition ce soir.

Galvanisé par ce but qui est venu récompenser une prestation sérieuse des hommes de Ten Hag, l’Ajax a même failli doubler la mise, par l’intermédiaire de Neres (63′, puis 71′), qui a fait montre d’une pointe de vitesse sidérante ce soir. Seule la finition reste encore à travailler pour le jeune brésilien de 24 ans.

Plus généralement, c’est un plus grand travail sur la réussite et la finition, que le staff devrait mener avec ses éléments. En effet, si le jeu développé par l’Ajax a été séduisant, il en ressort néanmoins un goût d’inachevé, du fait d’une mauvaise finition, ou d’un manque de spontanéité offensive. L’exemple de Tadic peut notamment être souligné lorsque l’on souhaite évoquer ce point. Aligné en faux numéro 9 afin que ce dernier rentre dans le cœur du jeu, Tadic a eu une activité phénoménale pendant toute la partie, touchant de très nombreux ballons, mais manquant parfois de spontanéité : une fâcheuse habitude à tergiverser face au but est davantage ressortie de la prestation de ce joueur donc. Preuve en est avec sa première frappe, intervenue seulement à la 70ème minute de jeu.

Néanmoins, on ne peut pas trop lui en vouloir, d’autant que Tadic n’est, pour finir, par resté muet. En total maitrise dans le dernier quart d’heure, l’Ajax a poursuivi, surfant sur la vague de son but, c’est-à-dire en pratiquant un jeu intense, vers l’avant, basé sur des passes courtes. Plus en difficultés sur la fin du fait d’une intensité très marquée dans cette partie, les Young Boys ont fini par craquer et encaisser le but, fatal, du break (82′). Une réalisation signée Tadic donc, qui avait déjà marqué face à Lille lors du tour précédent.

Les changements trop tardifs de Berne, effectués après l’heure de jeu, et pas très compréhensibles – pourquoi, par exemple, Siebatcheu n’est pas rentré en jeu après avoir pourtant inscrit plus d’un but face à Leverkusen en seizièmes ? – n’ont pas apporté de sang neuf, ni davantage de grinta et d’énergie à cette équipe bernoise bien molle. Au contraire, du côté de l’Ajax, le coaching de Ten Hag a été décisif; l’entrée tardive de Brian Brobbey a ainsi pesé dans la balance, puisque le jeune attaquant de 18 ans a marqué en toute fin de match (90+2′), le troisième but de cette partie, anéantissant encore un peu plus les espoirs des Young Boys avant le match retour.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

2 commentaires sur « Europa League : l’Ajax se balade face aux Young Boys et entrevoit les quarts (3-0) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :