Ligue des champions : Un Haaland magistral sauve Dortmund face à Séville (2-2)

Europe – Jusqu’au bout ! En marquant à la dernière seconde quasiment, En Nesyri est à l’image même de cette équipe sévillane : une formation qui ne lâche jamais ! Même après avoir subi la dure – et parfois déroutante – loi de la VAR, le club espagnol s’est évertué à faire montre d’un visage offensive et conquérant. Le succès, à l’arrivée, n’est pas concluant : la faute à un homme, Haaland. Une nouvelle fois magistral, auteur d’un doublé, c’est bien grâce à lui que Dortmund s’en sauve ce soir.

Première mi-temps

En ballotage favorable après un succès 3-2 en terres andalouses, Dortmund se savait en possession d’une légère avance en vue de la qualification pour le tour suivant, les quarts de finale. Néanmoins, face à une équipe de Séville accrocheuse à l’aller, Dortmund n’était pas, au début de ce match, totalement serein. D’ailleurs, en cette entame c’est Séville, désireux de marquer au plus vite un but crucial dans la course à la qualification, qui s’est signalé, par l’intermédiaire de Ocampos (2′). Blessé à l’aller, l’ancien de l’OM n’a pas pu être présent il y a deux semaines. Aligné d’entrée de jeu ce soir, sa titularisation traduisait les velléités offensives de Séville ce soir.

Très rapidement donc, Séville a mis la pression sur les cages et la défense de Dortmund. Très friable, cette dernière a laissé des espaces béants entre ses lignes. Trop exposée face aux attaques adverses, la défense des Jaunes et Noirs a été submergée par des assauts survenant notamment sur des phases arrêtées, des corners. Avec plus de justesse, Oscar, milieu espagnol de Séville, aurait pu ouvrir la marque d’une reprise de volée (5′).

Cette première occasion n’a néanmoins pas découragé des sévillans extrêmement offensifs qui ont, pendant plus de dix minutes en début de match, fait le siège autour des cages de Hitz. L’apport des latéraux venus aux avant-postes, a été déterminant dans la stratégie mis en place par Séville : de longs centres flottants. Dans cet exercice, Marcos Acuna, latéral gauche argentin du FC Séville, a fait montre de ses qualités.

Positionné sur le côté gauche, ce latéral sud-américain a beaucoup apporté, rendant le jeu des sévillans sur les ailes, très intéressant. Le même constat peut être émis pour la prestation de Ocampos également. Aligné à droite, ce dernier a été un véritable électron libre dans son équipe, alternant entre les deux côtés, tout en repiquant dans l’axe par moments. Auteur de nombreuses différences, il est à l’origine d’une belle action collective (18′), où il s’est mué en passeur pour Suso. Malheureusement pour Séville, cette action rondement bien menée, n’a abouti qu’à une frappe dans le petit filet allemand.

Acculée à l’arrière, la défense de Dortmund a cependant pu compter sur sa doublette axiale en défense, Can et Hummels en l’occurrence, qui se sont montrés, à l’inverse d’il y a deux semaines, sereins et appliqués. Néanmoins, submergés par les ballons et autres attaques adverses, ces derniers n’ont pas su reconstruire calmement le jeu par l’arrière. Tant bien que mal, ils se sont donc attelés à dégager, repousser le danger, dans l’urgence.

Après une légère accalmie, les offensives de Séville se sont poursuivies. Passé la demi-heure de jeu, Séville a failli ouvrir la marque par En Nesyri (35′), pas loin de reprendre au point de pénalty, un nouveau bon service de Acuna. Cependant, à force de trop gâcher, Séville a fini par le regretter. A sens unique, ce match n’a, au grand dam de Lopetegui, finalement pas tourné en faveur des siens : plus décisif, Dortmund a en effet ouvert la marque sur sa première accélération. Jamais bien loin lorsque le BVB accélère, Haaland s’est à nouveau mué en buteur (35′), profitant d’un excellent service dans la profondeur de Marco Reus. Sur son premier ballon, la pépite norvégienne a donc totalement modifié le rapport de force entre son équipe, et celle de Séville. Pour les visiteurs, c’est une véritable leçon d’efficacité que l’ancien de Molde leur a donné !

Frustré après avoir pris une véritable claque, Séville n’a pas eu les ressources, mentales et physiques, pour venir répondre à l’ouverture du score. Dominateurs dans le jeu, séduisants, les hommes de Lopetegui ont manqué de tranchant durant ce premier acte.

Deuxième mi-temps

Au début du second acte, c’est un Dortmund galvanisé par son but, qui est réapparu sur la pelouse. Comme en première mi-temps, le jeu a été très ouvert, et Dortmund a connu un véritable temps fort. Un temps fort extrêmement atypique, particulièrement exceptionnel. Tout d’abord Dortmund a réussi à marquer un but (48′) : une splendide course de Haaland sur une ouverture de Dahoud, et une nouvelle réalisation in fine pour le norvégien. C’est à ce moment que la VAR est intervenue pour la première fois, afin de valider ce but. Une utilisation qui s’explique du fait d’une légère poussette du jeune avant-centre sur Fernando lors de son rush dévastateur. Cependant, au fil des minutes, l’arbitre s’est mis à revisionner l’action précédent le but, ou Haaland avait lui-même été victime d’une poussette, commise par le jeune défenseur Koundé. Après un long moment de flottement, un pénalty a été accordé aux allemands pour cette faute, annulant au passage la sublime réalisation de Haaland.

Extraordinaire au premier sens du terme, cette séquence est véritablement à l’image du football moderne, qui préfère s’appuyer sur la technologie pour élaborer des scénarios déroutants. Mais de l’extraordinaire, cette séquence a basculé dans le lunaire : accordé, ce pénalty a été tiré par Haaland. Bono, goal marocain de Séville, a réalisé une parade. Raté, Haaland a une nouvelle fois connu sur son action, une vérification de la VAR, qui a cette fois-ci – tenez-vous bien – annulé ce pénalty raté, pour une faute de placement de Bono qui avait, semble-t-il, bougé avant que le norvégien tire. Une nouvelle, et cette fois-ci dernière fois, la VAR est donc intervenue, exigeant qu’Haaland retire son pénalty !

Pour finir, le jeune attaquant du Borussia est parvenu à battre Bono sur cette seconde chance, s’offrant donc, après son premier but, dans le jeu, annulé, un nouveau doublé, certifié cette fois-ci par la VAR ! Une situation qui a, pour finir, duré quasiment dix minutes, interpellant au passage, plus d’un joueur des deux équipes. Mais cette situation longue, finalement pas à l’avantage du banc sévillan, n’a pas éteint la flamme de l’espoir dans les esprits des éléments du FC Séville. En ce sens, lorsque le jeu est enfin reparti, Séville s’est porté vers l’avant.

Les changements, dans le même temps, effectués par le technicien de cette formation, ont apporté de la fraîcheur. A force de pousser, Séville a fini par décrocher un pénalty, suite à une faute, une maladresse, de Can. Youssef En Nesyri ne s’est pas fait prier pour transformer cette occasion en but (69′), et raviver encore plus la lueur de l’espoir dans son camp.

Inespérée, cette réduction du score est finalement arrivée, venant récompenser une équipe de Séville à laquelle on doit tout de même reconnaître une certaine régularité et persévérance dans les efforts au cours de cette partie. Par la suite, Séville a poursuivi son travail, à la recherche d’un dernier souffle. L’entrant, Gomez, transfuge de l’Atalanta cet hiver, a été particulièrement actif offensivement parlant. Portée vers l’avant à l’approche de la fin, Séville a même failli se faire surprendre par Dahoud dans les derniers instants, auteur d’une frappe dans la surface très puissante. Une bonne dernière parade de Bono, a permis à Séville de ne pas encaisser un sixième but dans cette confrontation aller-retour.

A l’inverse, c’est dans les dernières secondes que Hirtz, goal de Dortmund, a craqué, encaissant le second but de En Nesyri (90+6′) pour l’égalisation. Sans conséquence, ce second but sévillan laisse tout de même, avant les quarts de finale, l’image d’un Dortmund friable en défense, et qui pourrait bien connaître par la suite plus de difficultés à s’imposer, s’il ne parvient pas à retrouver une certaine solidité et sérénité défensive.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :