Suisse – Super League (J23) : Solide, Bâle accroche le leader, Young Boys (1-1)

Suisse – Deux nuls en deux matchs : Young Boys nous avait habitué à mieux ! Certes, cette équipe n’a toujours pas perdu en 2021 mais, après avoir déjà dû faire un nul face à Luzern le week-end dernier, ce nouveau partage des points face à son dauphin au classement, Bâle, doit commencer à préoccuper Seoane. On le comprends, ce dernier a fort à faire, et la pression qui s’est abattue sur les Young Boys après cette qualification historique en Europa League, pour les huitièmes, ne simplifie pas les choses. Alors que l’excitante échéance européenne arrive, Seoane va cependant devoir trouver les clés, les bons mots à murmurer à ses joueurs, pour leur donner confiance durant cette période inédite pour Berne.

Première mi-temps

Les ambitions de ces deux équipes majeures de première division suissesse, étaient semblables en début de saison. Bâle avait même su mettre, un temps, les Young Boys sous pression. Il faut dire que, depuis l’élimination de Bâle lors des tours qualificatifs pour l’Europa League, cette formation habituée des joutes européennes, connaît un calendrier tranquille. Cela lui a permis, au contraire de l’an passé, de bien débuter son championnat, avant de connaître un grand trou d’air ! Aujourd’hui donc, c’est un fossé de 19 points qui séparent ces deux équipes. Ralentis face à Luzern ce week-end (2-2), les hommes de Seoane, coach des Young Boys, n’avaient qu’un seul objectif ce soir : battre une troisième fois Bâle en championnat, pour définitivement s’ouvrir le chemin d’un quatrième titre d’affilée.

A l’extérieur pour cette nouvelle rencontre, les Young Boys ne sont pas apparus déboussolés, loin de leur terre. Au contraire, ce sont même eux qui ont lancé les hostilités, avec un coup-franc de Sulejmani (3′). Peu dangereuse, cette phase arrêtée a néanmoins mis dans de bonnes conditions le leader bernois. Par la suite, ce dernier est reparti à l’attaque. En s’appuyant sur la vitesse de Elia Meschack et Jean-Pierre Nsamé, Berne s’est ouvert la voie du but (8′ notamment), mais a encore trop manqué de précision, à l’image de l’avant-centre congolais, Meschack.

Moins en confiance que les visiteurs, Bâle qui restait sur cinq matchs sans victoire lors de ses cinq dernières rencontres, n’a tout de même pas que défendu. Ainsi, on peut souligner un apport offensif intéressant, émanant d’un milieu de terrain solide, à l’image du roc de cette équipe, Fabian Frei. On ne peut cependant pas en dire autant de la défense qui, bien que résistante lors de ce premier quart d’heure, a néanmoins montré ses limites, et notamment un manque de rigueur dans le placement, offrant aux Young Boys, des espaces béants. Ce fut le cas à la 15ème minute notamment, où Sandro Lauper a réussi, au sein d’une défense totalement désunie, à placer sa tête. Bâle a heureusement pu compter sur son gardien, Lindner, pour dégager cette première grosse occasion cadrée.

Par la suite, le jeu des Young Boys a continué à se développer : un jeu dynamique, toujours très en mouvements aux abords de la surface, et souvent assez direct. Néanmoins, peu inspiré, Nsamé a raté une nouvelle occasion (19′). Un manque de réussite de la part de YB, qui leur a joué des tours, puisque c’est finalement Bâle qui a pris l’avantage, sur sa première tentative. Et quel but ! Le point fort de cette équipe, son milieu, ne fut pas étranger à cette ouverture du score, puisque c’est à la suite d’une action construite dans l’entrejeu, que Darian Males, jeune attaquant suisse de 20 ans, a pu célébrer son premier but. Un véritable bijou, qu’il a enroulé à l’entrée de la surface, lobant au passage une trop statique ligne défensive adverse, et venant terminer, in fine, sa course dans les filets d’un Von Ballmoos battu (20′).

Un réalisme offensif de Bâle, qui a donc tranché avec celui, inexistant, des Young Boys. Galvanisé par ce but, c’est lors de la minute suivante que Bâle, à nouveau très haut, a failli profiter d’une erreur défensive grossière, pour marquer le but du break. Il a fallu un splendide retour de Mohamed Camara, défenseur central, pour préserver le score.

Conscients qu’une réaction était obligatoire, les Young Boys ne se sont pas enfermés dans cette mauvaise passe. La faculté qu’a cette équipe, de ne jamais rien lâcher, est particulièrement remarquable. Aperçue face au Bayer Leverkusen lorsqu’il s’est agi, en Europe, de revenir à 4-3 en fin de match malgré un scénario, pour finir défavorable aux suisses, cette même faculté a aujourd’hui permis aux YB de repartir de l’avant. Ainsi, à la 26ème, une belle action collective, a permis à Lauper, suite à une sublime talonnade de Meschak, de remettre les pendules à l’heure dans cette rencontre (1-1).

Pièce maîtresse du groupe cette saison, Sandro Lauper s’est parfaitement relevé d’une saison 2019-2020 blanche, du fait d’une longue blessure. Aujourd’hui, c’est un joueur important du collectif de Seoane, qui a également un poids offensif; c’est son quatrième but de la saison ce soir.

Remis sur de bons rails par le milieu suisse, les Young Boys ont par la suite repris le plein contrôle de ce match. En témoigne une statistique, celle de la possession : quasiment 70% pour les visiteurs. Entre les lignes, on comprends donc que Bâle n’a que peu existé durant ce premier acte… mais est pourtant arrivé à marquer. Davantage un coup de chance, qu’une réelle récompense pour une prestation aboutie : c’est en tout cas ce que devait penser Fabian Lustenberger, le capitaine et défenseur de Berne, passablement énervé par la prestation des siens au moment de rejoindre les vestiaires à la pause.

Deuxième mi-temps

Plutôt plaisante, cette première mi-temps n’a cependant pas pleinement plu au technicien de l’incontesté leader du championnat suisse. En effet, avec un but encaissé, tout restait encore possible pour les deux armadas, et Young Boys n’était pas à l’abri. Et cela, Bâle l’a bien compris. A la recherche d’un second souffle, et d’une victoire ce soir, cette équipe a donc, au sortir des vestiaires, tenté de tout donner dans la bataille.

Néanmoins, malgré un engagement certain des bâlois dans ce second acte, c’est bien l’équipe adverse qui s’est montrée la plus inspirée et dynamique. Pour autant, on ne peut pas dire non plus que les YB soient apparus rayonnants. Tout justes, ils ont su davantage mettre le pied sur le ballon. Mais on le sait, la possession ne fait pas tout, et Bâle s’est, sur quelques phases de jeu en contre-attaques, procuré de belles occasions. Cette formation aurait même pu et dû marquer à la 64ème, lorsque Arthur, avant-centre brésilien, avait une occasion de servir en retrait son coéquipier Edon Zhegrova, fraîchement entré en jeu. Malheureusement pour Bâle, le sud américain a fait preuve d’égoïsme, tentant de marquer directement, plutôt que d’en faire profiter son partenaire kosovar. Une bien triste, et finalement, rageante décision, puisque non concluante à l’arrivée.

Excepté la finition à revoir donc, cette action en contre, ne fut pas si mal imaginée et construite par Bâle. A la différence des Young Boys sur ce début de second acte, il faut reconnaître à Bâle un état d’esprit combatif, et une envie de se montrer aux avant-postes. Choses que les Young Boys furent incapables de faire, soit par manque d’idées, ou par manque de vitesse en seconde mi-temps. Ainsi, il a fallu attendre la 72ème minute, et une frappe à plus de 25 mètres du défenseur Camara, pour voir enfin un élément des Young Boys tenter quelque chose sur les cages de l’autrichien Heinz Lindner !

Déçu, sans doute, de l’apport offensif d’Elia Meschak ce soir, Seoane a décidé de le remplacer, ainsi que Sulejmani, à la 75ème. Mambimbi, ainsi que Ngamaleu, sont venus, respectivement, les remplacer. A ces deux changements, sont venus se rajouter trois autres, à la 82ème. A noter, entre autres, l’entrée de Theoson Siebatcheu, avant-centre prêté par Rennes, à la place de Christian Fassnacht. Le buteur, Sandro Lauper, a également cédé sa place, remplacé par Fabian Rieder, 19 ans.

Bilan du match

Ces deux salves de changements, trop tardives au vu de la physionomie de cette seconde mi-temps, n’ont, in fine, pas permis à Berne et ses joueurs de s’imposer au St. Jakob-Park de Bâle. C’est un nouveau nul que les hommes de Seoane décrochent donc, après celui obtenu à domicile face à Luzern. Lors de la prochaine journée, le leader recevra Vaduz : la victoire sera impérative, en prévision du match aller des huitièmes de finale de l’Europa League, face à l’Ajax Amsterdam.

Côté bâlois, ce nul est un bon résultat, qui vient récompenser une équipe locale sérieuse, surtout en seconde mi-temps, et qui aurait même pu passer devant si elle s’était montrée plus inspirée. Sforza, technicien de Bâle, s’en contentera cependant, et essayera de tirer des conclusions de ce relativement bon résultat, pour enfin tenter de retrouver la victoire. Ce sera, en tout cas, l’objectif de cette formation, ce week-end à Genève lors de la 24ème journée de Super League.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :