Ligue des champions : Hommage rendu, et victoire parisienne acquise face à Basaksehir (5-1)

Europe – Ce match marquera l’Histoire du football ! Pas pour le triplé de Neymar, pas pour le doublé de Mbappé, mais pour la bêtise et la haine d’un arbitre envers une personne de couleur. Triste tableau et vision du football qui n’avait encore jamais connu pareil faits dans son Histoire. Alors que l’UEFA multiplie chaque année les spots de préventions et les appels au respect des uns envers les autres, cet événement a brutalement fait apparaître une toute autre réalité, bien plus sombre, mais également terriblement humaine. Le mal se cache partout, l’UEFA l’apprend aujourd’hui, et devra redoubler d’efforts comme lors des récents cris racistes de supporters italiens, pour faire évoluer les mentalités, et faire disparaitre coûte que coûte le racisme du football. Si le PSG a ce soir gagné son match, l’UEFA et la planète foot ne viennent, quant à eux, que de le débuter !

Le résumé du match

Première mi-temps

Censé se disputer hier soir à 21h, le match entre le Paris Saint-Germain et Basaksehir a vite tourné court. En effet, à la 13ème minute précisément, une insulte à caractère raciste a été proférée par le quatrième arbitre, visant l’entraîneur adjoint du champion de Turquie. Ulcéré par ces propos odieux et condamnables, le jeu s’est arrêté. Les vingt-deux acteurs de la rencontre ont d’abord tenté de comprendre la situation. Mais face à la grande tristesse et colère (justifiée) de la victime, les joueurs turcs ont fini par déclarer qu’ils n’étaient pas prêts à reprendre le match. Après près d’une heure d’incertitude, le match a donc été reporté à aujourd’hui. Il a été décidé que les acteurs reprendraient au moment même de la coupure.

C’est donc non remodelées que les deux formations ont fait leur grand retour sur la pelouse, à près de 24h d’intervalle avec l’incident. Les joueurs et arbitres ont d’abord tenu à rendre un vibrant hommage : à l’entrainement, tout d’abord, en arborant des T-Shirts avec l’inscription « No To Racism », puis juste avant de reprendre le jeu, en mettant un genou à terre comme le mouvement Black Lives Matter a pu le faire aux Etats-Unis après la mort de George Floyd.

Pas encore qualifié hier, les parisiens, en débutant ce match, l’étaient déjà désormais. En effet, la victoire de Leipzig face à Manchester hier a assuré la qualification de Paris. L’objectif affiché par Thomas Tuchel et les siens, étaient donc bien d’aller chercher la première place, détenue par les allemands. Dominateurs en début de match hier, les parisiens ont eu un peu de mal à se remettre dans le bain aujourd’hui. Ainsi, c’est le norvégien Gulbrandsen qui s’est signalé en premier dans ce match. Bien positionné dans son couloir droit, le numéro 22 de Basaksehir a eu tendance à se faire oublier par la défense parisienne. Cependant, ce dernier n’a pas su en profiter, n’arrivant pas à trouver le cadre sur ses tentatives. La même malchance a également touché Kilyan Mbappé. Le jeune prodige français, toujours à la recherche de son premier but en Ligue des Champions, a en effet raté une occasion énorme à la 17ème. Seul face au gardien, sa frappe est passée haut-dessus de la barre transversale de Gunok.

Une inefficacité inquiétante et dommageable pour le PSG, qui a heureusement pu compter su Neymar pour faire la différence. En pleine confiance depuis son but à Manchester la semaine dernière, le brésilien a, en effet, de nouveau rayonné dans ce match. Toujours en mouvement il s’est, à la 21ème, bien servi de la passe de Verratti pour aller loger une frappe enroulée splendide. En demandant le ballon dans le cœur du jeu, Neymar est arrivé à libérer des espaces devants, parfaitement exploités par Verratti, ou Paredes par la suite. Le premier but de Paris s’est construit sur ce schéma, avant que Neymar ne joue de son talent pour éliminer, d’une facilité déconcertante, le pauvre défenseur central Cap-verdien Ponck.

L’efficacité de Neymar a donc, au cours de cette première demi-heure, véritablement tranché avec les difficultés de finitions de Mbappé. Imprécis donc, le natif de Bondy a également manqué de chance, comme à la 32ème, où l’arbitre de cette rencontre lui a refusé un pénalty pour un hors-jeu. Néanmoins, l’attaquant parisien ne s’est pas découragé pour autant, et a multiplié les efforts pour participer encore davantage au jeu de son équipe. Un bon état d’esprit, à souligner donc, et qui a fini par payer. Ainsi, à la 38ème, une perte de balle de Basaksehir a immédiatement lancé un Rafinha très offensif. Dans sa course, la nouvelle recrue brésilienne du PSG a trouvé Mbappé. Le français, toujours très à l’aise lorsqu’il s’agit de courir, n’a pas eu de mal à maitriser ce ballon. L’attaquant tricolore a fini par trouver son coéquipier Neymar, lui offrant ainsi un doublé.

Galvanisé par ce nouveau but, Paris est immédiatement reparti à l’attaque. Une nouvelle offensive de Neymar et Mbappé, a de nouveau mis en difficulté Gunok, le goal d’Istanbul. Ce dernier, à la 39ème, a d’abord cru avoir encaissé le premier but de Bakker sous le maillot de la capitale. Cependant, après intervention de la VAR, le néerlandais a été déclaré hors-jeu, mais une faute, commise par Gunok, a été pointé du doigt. L’arbitre a alors sifflé pénalty : Basaksehir, après un léger temps de flottement a, pour finir, bien encaissé un troisième but, mais sur pénalty : Mbappé s’est chargé de le tirer.

En marquant juste avant la mi-temps, Mbappé a donc mis fin à un bilan personnel peu glorieux, à savoir, être resté muet devant les cages en Ligue des Champions depuis les huitièmes de finale de l’an dernier – face à Dortmund. Cette réalisation est donc un signal fort envoyé par le numéro sept du PSG : ce dernier semble retrouver petit à petit son aisance offensive lors des grands matchs. De bon augure pour la suite, même si confirmation sera attendue lors des prochains rendez-vous.

Deuxième mi-temps

Dominateur et tueur, le Paris de Thomas Tuchel comptait donc déjà une solide et confortable avance au tableau d’affichage à la mi-temps. Une donnée qui a sans doute du plaire au coach parisien, d’ailleurs très calme durant le premier acte.
Pour débuter cette deuxième mi-temps, le technicien allemand du champion en titre français a décidé de remplacer Rafinha par l’argentin Di Maria. Un choix plus offensif et cohérent, bien que le brésilien sortant n’ait pas du tout rendu une mauvaise copie.

Cette première retouche va s’avérer être très judicieuse. Ainsi, à la 50ème, une bonne action collective menée par Neymar, a permis à Di Maria de se signaler. Le sud-américain a, en effet, réussi à servir dans un tempo parfait « Ney », pour lui offrir un triplé. Véritable chasseur de buts ce soir, le très controversé brésilien ne s’est pas fait prier pour alourdir le score.

Invisible depuis une bonne demi-heure, l’équipe turque de Basaksehir s’est quelque peu réveillée après ce nouveau coup de massue. Pas maladroite du tout, l’équipe stambouliote est même parvenue à bousculer Navas à la 56ème, avant de tromper sa vigilance à la 57ème suite à un corner. Une déviation chanceuse de la frappe de Topal a permis à Basaksehir de sauver son honneur dans ce match.

Pas de clean sheet pour Navas ce soir donc, mais un doublé pour Mbappé qui, sur un service de Di Maria – qui a ici signé au passage une seconde passe décisive – n’a pas manqué de sang froid pour aller trouver, cette fois dans le jeu, le chemin des filets.

Bilan du match

Abouti, le match des parisiens offre donc, une nouvelle fois au PSG, le prestige de décrocher la première place dans un groupe de cette compétition continentale, la plus prestigieuse du Vieux Continent. Paris termine ainsi devant le RB Leipzig qui, s’il déteint le même nombre de points (soit 12), a néanmoins encaissé deux fois plus de buts (12 contre 6), et marqué deux buts de moins. Cette différence offre donc à Paris cette première place, synonyme d’un tirage pour les huitièmes plus « aisé ».

Pour Basaksehir, cette première épopée en Ligue des Champions est très prometteuse. En effet, les turcs ont réussi à accrocher Manchester United, et ont su marquer tout de même quelques buts. S’il parvient à se qualifier à nouveau l’an prochain, ce club pourrait commencer à progresser à ce niveau. L’histoire du club reste encore à écrire dans cette compétition : ce soir Basaksehir a terminé la première page de son histoire en Ligue des champions.

Suivez-nous sur la page officielle du Monde du sport sur Twitter pour rester informé et suivre l’actualité du site: à très vite sur Twitter.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :