Ligue des champions de la CAF : Inarrêtable, Al Ahly s’adjuge un nouveau titre face à Zamalek (1-2)

Afrique – N’est pas Al Ahly qui veut ! Depuis une semaine, les dirigeants de Zamalek ont fait part de leur désaccord à la CAF, vis à vis de la décision de nommer Al Ahly « Equipe du Siècle » en Afrique. Cette finale était donc l’occasion pour Zamalek de remettre en quelques sortes les pendules à l’heure, et de montrer leur supériorité. Malheureusement, cela n’a pas été le cas pour cette équipe qui s’est, à nouveau, inclinée face à son rival, et voisin, Al Ahly. Pourtant, Zamalek n’a pas démérité, parvenant à égaliser d’une somptueuse frappe notamment. Néanmoins, face à la machine de guerre qu’est Al Ahly, huit fois vainqueurs avant le sacre de ce soir, les chances de victoire finale de Zamalek étaient finalement bien maigres. Dans un stade du Caire étonnement vide, Al Ahly a donc remporté une neuvième finale de Ligue des Champions : inédite car 100% égyptienne et Cairote, elle restera comme un grand moment du foot égyptien. Plus encore ce soir, Al Ahly est bien le symbole du football africain à travers le monde… Zamalek ne peut plus dire le contraire !

Le résumé du match

Première mi-temps

Ce match, de part son caractère inédit, mais également de part son enjeu, était donc très attendu. Récemment auréolée du titre honorifique d' »équipe du Siècle » en Afrique, l’équipe de Al Ahly a fait honneur à sa distinction. Ainsi, dès les premières minutes, le multiple champion égyptien s’est montré très dominateur, acculant à l’arrière une bien pâle défense adverse. Un premier rush de El Shahat vers les cages de Zamalek a lancé les hostilités. Intervenue à la 4ème minute, cette action a offert un premier corner à Al Ahly. Parfaitement tiré par El Sahat, ce corner a trouvé la tête de Soleya au premier poteau. Un marquage trop laxiste de Zamalek a permis à l’expérimenté joueur égyptien de 31 ans d’inscrire, cinq minutes à peine après le coup d’envoi, le premier but de la rencontre.

Zamalek a alors tenté de réagir, en essayant de développer un jeu basé sur la possession de balle. Néanmoins, le jeu proposé par cette équipe s’est avéré être trop statique : en complet décalage avec le jeu direct et rapide des « Diables Rouges » de Al Ahly. Ces derniers ont d’ailleurs continué de pousser. Très actif sur le terrain, l’avant-centre de cette formation, Marwan Mohsen, a notamment fait montre de ses qualités de projection vers l’avant. Durant ces phases offensives, la présence de Junior Ajayi a également été bénéfique à cette formation, bien que le nigérian se soit montré un peu maladroit dans le dernier geste.

Néanmoins, passé le quart d’heure de jeu, les débats se sont quelques peu rééquilibrés. Zamalek a, en ce sens, réussi à mieux canaliser les ardeurs adverses, tout en se créant également une première franche occasion. Bencharki, ancien lensois, est à l’origine de cette dernière, mais n’a pas réussi à trouver le cadre (17′).

Galvanisés par cette première occasion, les joueurs de Zamalek ont poursuivi leurs efforts. A partir de la 22ème minute, cette équipe est rentrée dans un véritable temps fort. Bencharki s’est notamment signalé, lançant, spontanément, de nombreuses offensives. Cependant, la solution n’est pas venue de lui, mais de Shikabala. Le numéro 10 a en effet trouvé le chemin des filets après un superbe rush individuel où il a su dribbler trois joueurs d’affilée sur le côté droit. Inarrêtable, le joueur de 34 ans a réussi à repiquer dans l’axe par la suite, avant de décocher une frappe enroulée somptueuse, laissant pantois El Shenawy, le dernier rempart adverse. D’une puissance et d’une pureté sans pareille, l’œuvre de Shikabala (31′) est venue se loger dans la lucarne opposée, relançant ainsi cette finale.

La frappe sublime de Shikabala pour venir égaliser, n’a cependant pas fait réagir outre mesure Al Ahly. Le dernier quart d’heure de cette première mi-temps a ainsi été moins mouvementé.

Deuxième mi-temps

Au début de ce second acte, on a senti une équipe de Zamalek conquérante, désireuse de passer devant au tableau d’affichage. Ainsi, cette équipe est immédiatement repartie à l’attaque, étouffant, d’entrée de jeu, leurs voisins honnis. Très solide, l’entre jeu de Zamalek, composé de Sassi notamment, a profité des espaces laissés par Al Ahly pour s’établir haut, et distribuer de bons ballons vers les avant-postes. Sassi a ainsi, à la 50ème, parfaitement servi Mostafa Mohamed, avant-centre, qui a eu la balle du 2-1 au bout de ses pieds. Cependant, une sortie musclée de El Shenawy a permis de repousser le danger.

Al Ahly s’est alors quelques peu repris. Comme une piqûre de rappel, cette occasion adverse a fait réagir les Diables Rouges, et notamment El Sahat. Ce dernier, à la 54ème, s’est en effet procuré une occasion en or, qu’il n’a néanmoins pas su convertir en avance au tableau d’affichage. Sur cette action, l’intervention défensive de Alaa a été décisive : sans la présence de l’égyptien sur la ligne de but, la frappe de El Sahat n’aurait pu être dégagée, sachant qu’Abougabal, le goal de Zamalek, se trouvait à terre à ce moment-là.

Cependant, il n’y a pas que El Sahat qui a manqué de chance. Sayed, côté adverse, en a manqué aussi. Le milieu offensif de Zamalek a, en effet, à la 66ème, touché le poteau, et n’est donc pas parvenu, lui non plus, à donner l’avantage à son équipe.

Par la suite, hormis ces deux occasions non converties, le jeu proposé par les deux équipes a été plus pauvre, et l’intensité a significativement baissé par rapport à la première période. Les deux équipes ont notamment eu du mal à servir proprement leurs éléments offensifs, à l’instar de Mohsen côté Al Ahly, qui a donc très peu participé au jeu de son équipe.

Trop statique et peu inspirée dans le dernier quart d’heure, l’équipe d’Al Ahly a tenté de débloquer cette finale sur coup-franc. A la 80ème, Kafsha a ainsi eu une opportunité sur coup de pied arrêté. Ce dernier a tenté sa chance, ratant de peu le cadre après avoir envoyé un véritable missile en direction de Abougabal.

Sans doute un peu frustré par cette occasion ratée, Kafsha a poursuivi ses efforts. A la 87ème, totalement oublié à l’entrée de la surface, ce dernier a repris du bout du pied un ballon à mi-hauteur. Ce geste spontané a pris tout le monde de court, y compris le gardien de Zamalek, très surpris par la trajectoire de ce ballon. On a assisté à un but splendide qui a ainsi scellé, in fine, la victoire finale de Al Ahly : cette équipe compte désormais neuf Ligue des Champions à son palmarès !

Suivez-nous sur la page officielle du Monde du sport sur Twitter pour rester informé et suivre l’actualité du site: à très vite sur Twitter.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :