Ligue des champions – Finale: Dominateur, le Bayern anéantit les espoirs parisiens (0-1)

Le grand moment est arrivé, le verdict sonne bientôt. Qui du Bayern Munich ou du Paris Saint-Germain, remportera la Ligue des Champions 2019-2020 ? Un match serré s’annonce, mais également prolifique, avec deux attaques magnifiques, emmenées par des joueurs de renoms. « Rêvons plus grand », si le PSG veut que sa devise devienne réalité, une seule possibilité s’offre aux joueurs parisiens: remporter cette coupe d’Europe. Après plusieurs échecs d’affilée, malgré le « Dieu » Zlatan sur les terrains pendant plusieurs saisons, Paris n’a jamais réussi auparavant à se hisser en finale de Ligue des champions. Ce soir, Mbappé et consorts joueront pour leur club, pour les fidèles supporters du Parc, pour la capitale, Paris, mais également pour la France, privée de victoire finale en Ligue des Champions depuis 1993, et une victoire mémorable de l’Olympique de Marseille.

Le résumé du match

Première Mi-temps:

Côté composition, pour ce grand rendez-vous, Thomas Tuchel a donné les clés de l’attaque à ce trio qui avait laminé Leipzig: Mbappé en pointe, Neymar côté gauche, et Di Maria côté droit. Côté bavarois, Flick a bien entendu aligné son goleador, Lewandowski, auteur de 55 buts toutes compétitions confondues cette saison. Müller, Coman, ou bien encore Gnabry, bourreau de l’OL en demie, ont également pris place dans ce onze de départ.

C’est avec calme et justesse que Paris a débuté ce match. Acculés dans leur partie de terrain par des allemands gourmands de ballons, le PSG s’est évertué à construire le jeu de l’arrière, en une touche de balle. Les incursions de Davies depuis son côté gauche, ont quelque peu déséquilibré Paris, qui a tout de même bien tenu, grâce notamment à l’allemand Thilo Kehrer.

En difficulté lors de l’entame de ce match, l’entre jeu parisien s’est fait peur plusieurs fois, en perdant des ballons à trente mètres de leur but. En témoigne, notamment, cette mauvaise appréciation de Herrera à la 12ème, offrant une belle opportunité à Coman. Solide la défense du PSG a, cependant, bien repoussé cet assaut.

Timide et parfois imprécis au milieu de terrain donc, le PSG s’est, cependant, montré bien plus dangereux et juste, dès que Mbappé a touché le ballon. Sa vivacité, connue de tous, a bien été gérée par la défense munichoise, à l’instar de Kimmich, durant les quinze premières minutes. Neymar, pas en reste non plus durant cette rencontre, s’est offert la première franche occasion du PSG. A la 17ème, un rush dont lui seul a le secret, a laissé sur place toute la ligne défensive adverse. Néanmoins, cela n’a pas suffit à Paris, pour tromper la vigilance du dernier rempart du Bayern, l’inévitable international allemand, Manuel Neuer.

Cette très belle occasion parisienne, a vite été suivie par celle du Bayern. Le polonais Lewandowski, peu en vue depuis le début de la rencontre, n’a pas tardé à faire parler de lui. A la 22ème, sa frappe a failli lui offrir un nouveau but, mais le poteau de Navas en a décidé autrement. Battu sur cette occasion bavaroise, le goal costaricain de Paris peut remercier sa cage de l’avoir préservé de la sentence polonaise.

Suite à cette occasion énorme du Bayern, le PSG a immédiatement répliqué. Une nouvelle course de Neymar, a permis à Di Maria de tenter sa chance à dix mètres du but. Non cadrée, cette nouvelle occasion parisienne, n’a pas fait bouger le tableau d’affichage, tout comme la frappe puissante de Herrera à la 29ème.

Ce temps fort parisien n’a donc rien donné. Jamais loin du cadre, le PSG a manqué de précision et de réussite, tout comme Lewandowski, perdant un nouveau duel face à Navas, auteur d’un arrêt spectaculaire à la 31ème, suite à une tentative de la tête du numéro neuf adverse.

Coman, très à l’aise côté gauche, a livré un duel très intéressant à Kehrer. L’ancien de Dortmund, très concentré lors de cette partie, a fait un travail colossal sur son côté, pour boucher les espaces au français. Malgré sa vitesse et son explosivité, le jeu, parfois trop stéréotypé de Coman, n’a donc pas réellement fait de différences. A l’inverse, les incursions de Gnabry côté droit, bien aidé par Müller, ont mis en difficulté les parisiens. Souvent en retard, Bernat, face à son ancien club, a vécu une première mi-temps compliquée défensivement parlant.

Jouant très souvent en projection rapide sur phases offensives, les parisiens ont été contraints, lors de pertes de balles, de revenir rapidement aux avant-postes. Ce repli défensif exécuté par les joueurs du PSG, a été excellent. En témoigne, notamment, ce retour de Marquinhos à la 42ème, dégageant parfaitement un centre du polonais Lewandowski.

En fin de première mi-temps, une dernière occasion franche de Mbappé sur les buts de Neuer, a failli offrir l’avantage au PSG juste avant la mi-temps. Malheureusement pour le phénomène français, sa frappe était trop écrasée.

Deuxième Mi-temps:

Au début du second acte, un Bayern assez tendu est réapparu sur le terrain. Gnabry, tout comme Goretzka, se sont quelque peu emportés sur Neymar, commettant des fautes sur lui. Paredes, voyant d’un mauvais œil cet anti-jeu pratiqué par les joueurs bavarois, a monté le ton avec ces derniers, récoltant, au passage, un avertissement – carton jaune à la 52ème pour contestations, tout comme Gnabry, pour sa faute.

Di Maria a également été victime des fautes du Bayern. Süle, à la 56ème, a été averti, après avoir commis une vilaine faute sur l’international argentin.

Malgré ses erreurs et ses fautes, le Bayern était à l’avantage lors de cette seconde mi-temps. A la 59ème, un centre millimétré de Kimmich a profité à un Kingsley Coman bien placé. Arrivant lancé, l’international français est venu planter ce ballon dans les cages de son club formateur. Plongeante et forte, sa tête a battu Navas, dont la vue était bouchée. Après plusieurs occasions dégagées ou arrêtées par le goal parisien, ce dernier s’est finalement (et logiquement) fait battre par le talent collectif et individuel du Bayern Munich.

Thomas Tuchel, voyant son équipe reculer face à l’ogre bavarois en action, a donc pris le parti de faire son premier changement. Paredes, à la peine depuis le retour des vestiaires, a cédé sa place au milieu créatif, figure du club, l’italien Marco Verratti.
Cette entrée a redynamisé le PSG. Ainsi, à la 70ème, on a retrouvé un Di Maria à l’attaque, servant Marquinhos au point de pénalty. Prompt à reprendre ce ballon, le brésilien, déjà auteur de deux buts lors de cette phase finale, a malheureusement buté sur le toujours très solide Neuer.

Cette occasion franche a lancé un temps fort parisien. Cependant, comme en première mi-temps, les accélérations (trop rares) de Mbappé, ou les dribbles (trop rares également) de Neymar, n’ont rien donné. Le peu de déchet technique produit par le PSG dans les vingt mètres bavarois, n’a pas aidé non plus les parisiens à revenir au score.

A la 80ème, à dix minutes du terme de ce match, Thomas Tuchel a effectué un véritable coup de poker, en faisant sortir Di Maria, au profit du camerounais Choupo-Moting.

Bilan du match

Mais même cette entrée n’y a rien fait ! C’est un Bayern plus fort, plus dominateur, et plus sûr de lui qui s’est imposé. Tout n’était pas parfait dans cette équipe bavaroise, mais cette dernière a su se rendre décisive au bon moment. Une sixième coupe d’Europe est donc ce soir venue garnir l’armoire à trophées du Bayern. Elle revient à ce collectif exceptionnel, à Lewandowski, auteur de l’une de ses plus belles saisons. Elle revient à Flick, qui a pris les rênes de cette équipe, alors en grandes difficultés. Elle revient, enfin, à Coman, unique buteur de cette rencontre, qui savourera, sans doute, encore longtemps ce but, qui a amené ce succès historique. Bravo, meine Herren !

Le PSG est donc défait ce soir. Jusqu’au bout, ils y ont cru. Mais la qualité de Mbappé et de Neymar, n’ont pas pu changer l’issue de ce match. La lumière s’éteint donc ce soir sur les bords de Seine, pas de regroupements joyeux, de 14 juillet après l’heure. Seulement ce cours d’eau emportant, lentement, dans son lit, de nouvelles désillusions parisiennes.

Retrouvez toute l’actualité de la Bundesliga, et des équipes allemandes, en direct, toute la journée, en suivant notre partenaire Horizon Bundesliga sur Twitter.

Suivez-nous sur la page officiel du Monde du sport sur Twitter pour rester informé et suivre l’actualité du site: à très vite sur Twitter.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :