Europa League – Finale: La passe de six pour Séville, victorieux face à l’Inter Milan ! (3-2)

Romelu Lukaku dépité après le troisième but des sévillans (74′)

Cinq fois vainqueur de cette compétition, le FC Séville est à nouveau en finale cette année. Ajouter une sixième ligne au palmarès européen de Séville, c’est l’objectif fixé ce soir par les dirigeants de ce club. Face aux espagnols, le triple champion italien de cette petite coupe d’Europe, l’Inter Milan, va tenter de faire belle figure, et de remporter, également, ce titre.

Le résumé du match

Première Mi-temps:

Côté composition, Lopetegui, coach de cette équipe sévillane, a fait confiance à son attaquant néerlandais De Jong, véritable super-sub face à Manchester au tour précédent. Du côté italien, Conte s’est reposé sur ses joueurs forts, que sont Lukaku et Martinez, pour emmener son équipe vers la victoire finale.

Et les premières minutes ont donné raison au coach intériste. En effet, quatre minutes après le début du match, la première accélération de Lukaku a déjà été décisive. Sur cette dernière, l’attaquant belge s’est, en effet, procuré un pénalty. Diego Carlos, défenseur de Séville passé par Nantes, avait déjà concédé un pénalty face à ManU… et a récidivé ce soir, en marchant sur la cheville de Lukaku à l’entrée de la surface. Son manque de justesse et de lucidité ont donc, de nouveau, porté préjudice à son équipe, menée au score dès l’entame de cette partie.

Cependant, cette erreur de Carlos n’a pas autant pénalisé Séville que l’on aurait pu le croire. Ainsi, sept petites minutes ont suffi à Séville pour rattraper son écart au tableau d’affichage. De Jong, auteur d’une entrée décisive face à ManU, a honoré sa place de titulaire ce soir. A la 12ème, un excellent centre de Navas au premier poteau lui a permis de placer sa tête au fond des filets. Très agile dans les airs lorsqu’il évoluait aux Pays-Bas du côté du PSV, De Jong a ici prouvé qu’il n’avait pas perdu cette aisance.

Par la suite, une nouvelle faute de Diego Carlos a failli offrir un second pénalty à cette équipe de Milan. Heureusement, la main du brésilien a été jugée involontaire après vérification par la VAR. Pas rassuré par cette défense friable, Séville a cependant continué sur la lancée de son but. A la 22ème, un beau mouvement collectif a abouti à une frappe de l’ancien marseillais Ocampos. Cependant, trop peu précis, l’argentin a raté le cadre.

Après quelques minutes d’accalmie, ce match s’est à nouveau enflammé. De Jong, déjà décisif de la tête, s’est offert un doublé somptueux, en allant chercher son second but à la 33ème, suite à un coup franc de Banega au second poteau. Solide, le crâne du néerlandais n’a pas tremblé lorsqu’il a fallu dévier ce ballon derrière la ligne de but adverse, gardée ce soir par Handanovic.

Menés au score, les intéristes ont mis peu de temps à répondre à l’attaquant de pointe sévillan. A la 36ème, un coup franc sur le côté, à environ dix-huit mètres du but, a suffi à Brozovic pour trouver la tête du défenseur uruguayen, Diego Godin. L’expérimenté défenseur sud-américain, passé par l’Atletico, a répondu de la plus belle des manières à Séville: un but de la tête. Fautif sur la seconde réalisation adverse, l’expérimenté défenseur de 34 ans, s’est rendu décisif dans ce match, assumant parfaitement son statut de leader dans cette équipe.

Deuxième Mi-temps:

Après une première mi-temps très animée, le début de la seconde a été plus calme. Solides, les deux formations n’ont pas tout de suite accéléré vers le but adverse, préférant construire vers l’arrière. Durant ces phases de construction, Séville s’est montré plus précis que son adversaire. Habitué à bénéficier de la possession dans ses matchs, ce club a parfaitement fait circuler le ballon dans l’entre jeu.

Cette aisance a permis à cette équipe, de progresser sur le terrain. A la 58ème, le bon débordement de Reguilon a mis en difficulté l’Inter. Heureusement, Handanovic a été sauvé par son poteau.

Le bloc haut de Séville, s’il a mis en danger Milan, a également mis Séville en difficulté. En effet, avec beaucoup d’espaces à l’arrière, on a senti Séville prenable sur contres. Celui de Lukaku à la 65ème, n’est d’ailleurs pas passé loin. Le belge, seul face au gardien marocain de Séville, a cependant perdu son duel face à ce dernier, auteur d’une sortie excellente à ras terre.

Décisif sur cette action, le goal de Séville, d’origine africaine, s’est à nouveau employé à la 72ème pour sauver son équipe sur un coup franc d’Ashley Young. Serein sur sa ligne de but, Bono a fait le dos rond au cours de ce temps faible de son équipe. Cette solidité du gardien, a donné des ailes à Séville.

A la 74ème, sur un nouveau coup franc, d’abord contré par la défense intériste, Diego Carlos, auteur de choix discutables lors de ce match, a remis les pendules à l’heure. Le brésilien devait se racheter après ses erreurs successives, et a opté pour l’audace. Et cela a payé ! Positionné au milieu d’une défense italienne à l’arrêt, ce dernier a tenté un retourné acrobatique. Parfaitement contrôlé, son geste a surpris tout le monde, dont Lukaku, auteur quasiment d’un contre son camp.

Quoi qu’il en soit, la balle a fini au fond, permettant à Séville de repasser devant dans ce match.

Bilan du match

La statistique qui avertissait l’Inter avant ce match, s’est vérifiée ce soir à nouveau: Séville ne perd jamais une finale d’Europa League. Malgré un but très précoce dans ce match, l’Inter n’a pas su profiter de son avance. Trop friable à l’arrière, les hommes d’Antonio Conte ont également été trop tendres en attaque. En témoigne la prestation de Lukaku, incapable de marquer dans le jeu, et perdant plusieurs duels face au goal adverse. L’inter chute donc face à Séville ce soir. Une défaite qui fait mal, et qui donnera sans doute du travail à Antonio Conte et ses hommes qui, désormais, devront se mettre au niveau de la Ligue des champions pour la saison prochaine.

Côté sévillan, la joie est totale ! Recordman de cette compétition, Séville a, de nouveau, fait montre de sa puissance. Ce match abouti et spectaculaire rappelle les belles heures de ce club, sous Unai Emery notamment. De Jong solide de la tête, Carlos et sa grinta brésilienne: voilà le magnifique tableau peint par Lopetegui aujourd’hui. Ce dernier, impassible durant tout le match, a laissé éclater sa joie au bout du temps additionnel, 90+6′. Cette victoire et ce titre viennent clore une saison quasi parfaite de Séville. Déjà qualifiée pour la prochaine Ligue des champions par l’intermédiaire de son championnat, cette équipe saura sûrement tirer profit de cette parenthèse allemande enchantée, pour revenir encore plus fort la saison prochaine.

Suivez-nous sur la page officiel du Monde du sport sur Twitter pour rester informé et suivre l’actualité du site: à très vite sur Twitter.

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :