Mercato – Blaise Matuidi (Juventus Turin) et l’OL, est-ce vraiment faisable ?

Le milieu de terrain, international français, passé par le PSG et St Étienne, a opté pour l’Italie depuis 2017, où il y termine, en ce moment même, sa troisième saison. Le français, natif de Toulouse, s’est tout de suite imposé dans le collectif de la Juventus de Turin. Ainsi, en deux saisons, il a joué plus de soixante matchs, soit environ trente par exercice. Des statistiques qui soulignent l’importance de ce joueur dans ce collectif regorgeant de stars. Si ce dernier ne semble par pressé de partir, l’OL voudrait le faire revenir en France et multiplie, en ce sens, de nombreux appels du pied ces derniers jours. Récemment, Jean Michel Aulas – Président de l’Olympique Lyonnais – s’est exprimé sur ce sujet.

Publicités

Le président souligne ses qualités

Interrogé sur le sujet, Jean Michel Aulas a tenté de séduire le joueur: « Matuidi est un leader positif ». Un compliment qui a déjà été entendu, notamment chez les Bleus, où joueurs comme préparateurs physiques ou entraîneurs, s’accordaient à dire que Matuidi bénéficiait d’un leadership naturel et arrivait à parler, en trouvant les bons mots, à ses coéquipiers. L’une des choses très marquantes que l’on peut retenir, et qui renvoie à ce côté « leader » du joueur, est le match contre la Belgique en Coupe du Monde – demi-finale. Suspendu pour cette partie, les joueurs s’étaient exprimés, parlant de gagner pour Matuidi, pour qu’il puisse, à nouveau, rejouer en coupe du monde après le quart de finale qu’il avait disputé face à l’Uruguay.

Publicités

Cet exemple montre, ainsi, combien Matuidi peut être, sans vraiment le faire consciemment – ce dernier ne se met, par exemple, jamais réellement en avant dans un groupe -, une personne qui peut pousser les autres à donner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain. Dans le cas de l’OL, détenir un joueur de ce type, ne peut être que bénéfique. En effet, il n’est pas rare d’entendre parfois, certains éléments lyonnais en coulisses, se plaindre par exemple du comportement d’Aouar, accusé de choisir ses matchs, c’est à dire de se ménager lors de certaines parties qu’il estimerait, « moins importantes » que d’autres. On voit que ces mentalités sont très mauvaises pour un club: l’OL a fini septième cette année, perdant de nombreux points bêtement, sur des matchs prétendument plus simples au premier abord. Une mentalité, comme celle de Matuidi, peut donc être très bénéfique pour l’ensemble du groupe des Gones.

Publicités

Puis, Jean Michel Aulas poursuit en parlant toujours du joueur en question qui, selon lui, « incarne la technique et l’expérience ». Le président lyonnais évoque ici, tout d’abord, l’aisance sur le terrain de ce joueur, qui n’est plus à vérifier. En effet, depuis la saison 2011-2012, Matuidi joue, au minimum, trente matchs par saison en moyenne. Ce dernier marque également quelques buts – deux par saisons en moyenne depuis le début de sa carrière, mais avec, cependant, des pics à cinq réalisations – ce qui peut toujours dépanner une équipe.

Publicités

Enfin, Jean Michel Aulas fait référence, par la suite, au travers du mot « expérience », sur le très grand vécu de ce joueur. En Ligue 1, ce dernier a enchainé pas moins de onze saisons d’affilée, dont cinq, où il a terminé champion de France avec le club de la capitale, le Paris Saint-Germain. Par ailleurs, Matuidi a également gagné de nombreux autres trophées hexagonaux, comme la Coupe de France – à trois reprises – la Coupe de la Ligue, désormais arrêtée – à quatre reprises – ou bien encore le Trophée des champions – à cinq reprises. A cette armoire de trophées bien garnie, il faut également souligner qu’entre 2011 et 2020, il a participé à toutes les éditions de la plus prestigieuse des coupes d’Europe, la Ligue des Champions.

Publicités

Enfin, le président conclut, estimant que Matuidi « pourrait être un renfort formidable » pour l’Olympique Lyonnais. La conclusion est tout à fait véridique, Matuidi serait, sans aucun doute, un renfort utile pour l’Olympique lyonnais, comme pour toutes les autres écuries de Ligue 1, y compris le PSG. En recrutant ce joueur, l’OL renforçait, non seulement ses rangs, mais également, enverrait un signal très fort au reste de l’Europe, s’il venait à faire signer un ancien de la Juve et du PSG, et de surcroît, couronné d’un titre de champion du monde !

Publicités

D’un point de vue purement tactique, Matuidi pourrait se sentir à l’aise dans le 3-5-2 de Rudi Garcia où il s’insérerait parfaitement au milieu de terrain, ou bien encore dans le 4-3-3, au sein duquel, il brille avec la Juventus Turin.

Publicités

Une zone d’ombre au tableau

Bien évidement, à lire la déclaration de Jean Michel Aulas, qui présente et glorifie (très justement) ce joueur, on pourrait penser, que les deux parties sont faites l’une pour l’autre, et que rien ne pourrait entraver le bon déroulement de ce transfert. Erreur ! Le mercato est toujours un marché qui est dirigé, en grande partie, par l’aspect financier, qui n’est malheureusement pas le fort de l’OL, et de tous les clubs français plus généralement.

Publicités

Cet« aspect financier » se divise en trois parties, qui doivent trouver un accord. Il y a l’offreur, qui vend un joueur et qui veut en tirer le plus possible. Le demandeur, qui veut l’acheter, si possible, en dépensant peu. Enfin, il reste les exigences du joueur, qui va notamment défendre ses intérêts – son salaire et diverses primes, notamment celle à la signature – mais également, chercher d’autres clubs, dans l’optique de faire monter les enchères autour de son cas.

Publicités

Ici, dans cette affaire, les trois parties, semblent encore loin d’un accord. Jean Michel Aulas ne l’a d’ailleurs pas caché: « Par les temps qui courent, le mercato sera dur pour tout le monde. Mais si Blaise revoit ses exigences et que la Juve le libère ».

Publicités

Cette dernière phrase, qui clôt la prise de parole de Jean Michel Aulas sur ce sujet précis du mercato, révèle que ce transfert s’annonce – et ce n’est pas une surprise – très compliqué. En effet, avec un salaire de 4,6 millions d’euros net par an pour sa dernière année de contrat, Blaise Matuidi se classe au-dessus du meilleur salaire lyonnais, qui revient au gardien de but des Gones, Anthony Lopes. Ce dernier touche 4,32 millions d’euros par an, pour un contrat… se terminant en 2023.

Publicités

Si Jean Michel Aulas évoque la possibilité que la Juve puisse le libérer, ce souhait apparaît être plutôt un vœu pieux, qu’une véritable hypothèse plausible. En effet, Matuidi vient de prolonger au mois d’avril son bail. Ce dernier est désormais lié à la Juve pour une année supplémentaire, jusqu’en 2021 en l’occurrence. Ainsi, le libérer quelques mois après l’avoir prolongé, apparaît être un non-sens total économiquement parlant. Matuidi étant un joueur important du collectif italien, si Lyon souhaite s’attacher à ses services, le club devra mettre d’importants moyens sur la table. D’autant que le joueur a comme agent Mino Raiola, réputé pour être très dur en affaire, et guidant surtout son joueur, là où lui-même a la possibilité de se remplir les poches, par l’intermédiaire de juteuses commissions à la signature… Les voisins niçois de Lyon peuvent en témoigner, après avoir connu pareille situation dans le dossier Mario Balotelli.

Publicités

Enfin, concernant le joueur et ses exigences, là-aussi, cela pourrait s’avérer être très compliqué. Si Matuidi n’entretient pas une réputation de joueur très cupide, ce dernier n’est pas prêt à faire d’énormes sacrifices pour autant. En effet, à 32 ans, ce dernier privilégiera tout d’abord, un contrat longue durée. Plus proche de la fin de sa carrière, que du début, Matuidi va vouloir se mettre à l’abri avec un bail, d’au-moins trois ans – peut-on estimer -, et un salaire, à la hauteur de son excellent parcours.

Publicités

En prenant en compte tous ces paramètres, on peut donc penser que Lyon, s’il ne fait pas de gros efforts financiers, aura du mal à convaincre le joueur et son agent. Également impacté par la crise sanitaire, le leader de la Série A ne va sans doute pas céder, au rabais, l’un de ses meilleurs milieux de terrain expérimenté au sortir d’une saison compliquée sur le plan financier. Car, comme l‘a dit, si justement, Jean Michel Aulas, « le mercato sera dur »… mais pas que pour l’Olympique Lyonnais !

Publicités

Retrouvez nous sur nos réseaux sociaux, Twitter et Instagram, pour nous faire part de vos réactions, et suivre l’actualité du site !

Gabriel Moser.

Les déclarations de Jean Michel Aulas que nous citons dans cet article, sont tirées des propos que ce dernier a tenu dans le journal La Gazzetta dello Sport le 23 juin dernier, lors d’une interview accordée au quotidien sportif italien.

Publicités
Publicités
Publicités

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :