Foot – Mitroglou de l’OM au PSV, retour sur une longue descente aux enfers.

Recruté par l’Olympique de Marseille lors du mercato d’été de 2017 pour devenir le grand attaquant tant attendu du côté de la cité phocéenne, Mitroglou ne s’attendait pas à une telle chute! Retour sur trois années qui lui furent fatales.

Début Marseillais

Mitroglou arrive, donc, sur le port de Marseille en fin de mercato contre un chèque de 15 millions d’euros. Il a été recruté à Benfica. Ses deux belles saisons dans le club portugais, où il y inscrit au total 36 buts, donnent, à l’OM, des raisons d’espérer. En effet, l’attaque marseillaise, hormis Thauvin, ne donne pas entière satisfaction à Rudi Garcia. Le nouveau président de l’OM, McCourt, dans l’optique de mener à bien « l’OM champions project », recrute Mitroglou à cet effet. Il souhaite, ainsi, renforcer l’attaque marseillaise et rendre son équipe compétitive dans toutes les compétitions (EL – Ligue 1 et coupes).

Malheureusement, le premier couac arrive dans cette histoire. Kostas Mitroglou arrive blessé à la Canebière. Il est indisponible pendant trois mois environ.

L’effervescence, mesurée dans le camp des supporters, à son arrivée, retombe, donc, immédiatement à l’annonce de son indisponibilité.

Après trois mois, Kostas Mitroglou est de retour, enfin, dans le groupe marseillais. Au total, il dispute 19 matchs lors de cette saison 2017-2018, inscrivant, à l’occasion neuf buts. Un nombre d’unités respectable mais, bien loin de ses standards portugais.
Cette saison, sur le plan statistique, est donc un échec. L’OM, qui pensait, et avait présenté Mitroglou comme un serial buteur, qui allait faire trembler, au moins 20 fois, les filets de la Ligue 1, a donc perdu de la crédibilité.

Les raisons d’un échec

En effet, l’absence de Marseille sur le podium cette année-là, est due, notamment, à une attaque en manque de confiance.
Ce manque cruel de confiance pour Mitroglou s’explique, notamment, par le désamour et le contexte houleux entourant la Canebière. Pour comprendre ce contexte anxiogène, il faut souligner deux éléments.

Premièrement, la communication hasardeuse des dirigeants olympiens, mettant et présentant Mitroglou comme celui qui allait porter, à lui seul, l’équipe. En prenant un minimum de recul, on remarque bien que, le directeur sportif et le président sportif, se sont emballés ou ont tenté de tromper les supporters olympiens en leur vendant du rêve. Mitroglou sortait, certes, de deux bonnes saisons à Benfica, mais, il n’a jamais joué les premiers rôles. Il était titulaire, pour autant, il comptait sur les autres figures de Benfica pour porter l’équipe.

Deuxièmement, le contexte sportif déjà sous tension à Marseille. Mitroglou n’est pas un joueur très charismatique. Le grec aime être dans un club où l’ambiance est sereine et familiale. En témoigne, auparavant, son parcours à Benfica ou à l’Olympiakos. Il veut se sentir bien et se sentir apprécié.
Son tempérament trop peu exotique et marqué a, sans doute, agacé encore plus les supporters qui, dès le début, prennent Mitroglou en grippe. On peut le voir aujourd’hui avec Dario Benedetto. Ce dernier, n’a guère plus marqué que Mitroglou, cependant, sa fougue sud-américaine charme. Le contexte ne convient donc pas à Mitroglou qui voit, les 60000 supporters marseillais, devenir hostiles à son égard.

Durant sa seconde saison à Marseille, les problèmes s’aggravent pour Mitroglou. En effet, le malheureux grec est embourbé dans un effectif peu performant en attaque. Souvent aligné aux côtés de Germain, Mitroglou n’arrive pas à se sentir à l’aise.

Rudi Garcia s’obstine à ne pas vouloir lui donner les clés de l’attaque. Excédé par ses mauvaises prestations, le coach place Mitroglou sur le banc en fin de saison. Durant cette seconde saison, où il n’inscrit que trois buts en 14 matchs, Mitroglou souffre.
Recruté il y a un an pour devenir le leader de l’attaque, Mitroglou, durant cette seconde saison, doit se contenter du banc.

Les fautes sont partagées, Mitroglou n’a pas été exemplaire lorsqu’il jouait. Cependant, le fait de ne pas lui avoir donné toutes les clés pour réussir lors de cette seconde saison, pose question. Ainsi, il n’a jamais vraiment profité d’une composition avantageuse pour lui. Placer deux attaquants de champ, soit Germain et lui ensemble, ne fonctionne pas. Malgré ce constat, le coach marseillais, n’a eu de cesse de les aligner, tous les deux, durant la phase aller du championnat 2018-2019.

A la fin de la saison, Mitroglou est réellement devenu indésirable pour tout le monde. Les supporters l’avaient déjà enterré, il y a un an. Désormais c’est au tour de la direction de penser à se délester de Mitroglou.

L’expérience turque

Rejeté de Marseille tel un malpropre, un parasite, Mitroglou se rend au point de chute que l’OM a trouvé pour lui. Direction la Turquie et l’un dès plus bouillant stade d’Europe, celui de Galatasaray.

En une année passée du côté de la belle ville d’Istanbul, Mitroglou compte sur les doigts de la main le nombre de matchs qu’il a disputé: sept au total et un but.

Arrivé en prêt de Marseille, le contrat stipulait que les deux formations étaient tombées d’accord pour une durée de deux ans. Au vue de la piètre qualité des services rendus par Mitroglou, à Galatasaray, qui, pour finir, excluait du groupe de joueurs, le Grec, le club turque souhaitait s’en séparer. Pour l’OM, hors de question de se surcharger d’un énième joueur. En effet, le club est plongé dans une période financière très délicate. Chaque euro économisé est donc un soulagement.

Face à cette situation, et à la profonde envie de Galatasaray, de se séparer d’un joueur qui n’a rien à faire ici, le club turque va prendre une décision plutôt improbable

Une « situation ubuesque »

Bien qu’ayant déjà un contrat de prêt du côté de la Turquie, Mitroglou va se voir être prêté par son propre emprunteur. Cette situation ubuesque est pourtant autorisée par la FIFA, mais reste très rare.

C’est ici que le PSV entre en scène. Le club néerlandais recrute, donc, pour une année le Grec.

La saison actuelle n’étant pas terminée, et mise en pause à cause de la crise sanitaire, on ne peut émettre une conclusion définitive sur le bilan néerlandais de Mitroglou.
Cependant, excepté revirement extraordinaire, Mitroglou doit se faire à l’idée que cette saison passée est à nouveau une saison quasi blanche.

Ainsi, en trois ans à peine, Mitroglou est passé d’une situation rêvée au Portugal, à l’enfer, entre le froid climat des Pays-Bas et la canicule de l’Orange Vélodrome.

La cause de son malheur est difficile à trouver car elle est multiple. Deux éléments ressortent :

Un mauvais choix de carrière. L’OM est, en effet, un club qui ne brille pas par sa stabilité. Ce premier paramètre est à prendre en compte. De plus, l’inadaptation dont à fait preuve Mitroglou s’est révélée préjudiciable pour ce dernier. En effet, avec plus de souplesse, le joueur grec aurait, peut être, eu plus d’occasions de briller sur le rectangle vert.

Le foot va vite et tourne facilement. Ici, il s’est détourné de Mitroglou qui, se retrouve aujourd’hui dans une profonde incertitude quant à son avenir. Son contrat ne sera bien sûr pas prolongé à Marseille tandis que, le PSV, ne va sans doute pas s’opposer à son départ.

La descente aux enfers ne semble donc pas terminée pour le Grec…

Gabriel Moser.

Publié par Gabriel Moser

Rédacteur en chef du site. Passionné du sport en général. J’ai créé ce site pour apporter une information riche, précise et de qualité au monde du sport. N’hésitez pas, si vous voulez me contacter, à m’envoyer un courriel à l’adresse suivante 📥 gabriel.moser1515@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :